La dépendance, sujet de préoccupation croissante pour les Français

 
05/05/2011
assurance-dependance

L'éventualité de se retrouver un jour en situation de dépendance préoccupe davantage les plus de 45 ans en 2011 (49 %) qu'en 2006 (42 %). Se prémunir contre la perte d'autonomie se situe au 3ème rang de leurs préoccupations, après la protection de leur famille en cas de décès et l'aide financière aux enfants ou petits enfants.

La préparation concrète à cette éventuelle perte d'autonomie gagne une place et arrive en 5e position devant la constitution d'un capital ou d'un patrimoine et derrière la préparation financière de la retraite.

Un risque à anticiper au plus tôt pour 79% des plus de 45 ans

79 % des plus de 45 ans estiment qu'il est important de se protéger contre le risque de dépendance le plus tôt possible. Ils sont 49 % à estimer que leur épargne suffira à faire face aux dépenses supplémentaires liées à la dépendance mais 78 % pensent que l'Etat devrait les encourager à se protéger contre ce risque.

Plus précisément, 74 % se déclarent favorables à ce que la souscription d'un contrat d'assurance dépendance soit encouragée financièrement. Et plus des 2/3 préféreraient que cette aide financière se matérialise par une défiscalisation des revenus perçus en cas de dépendance, plutôt que par une aide financière au moment du versement des cotisations.

L'aide à domicile plébiscitée par 81% des personnes interrogées

Enfin, selon les personnes interrogées, les services nécessaires dans un contrat d'assurance dépendance sont en priorité des services d'aide à domicile (81 %), la téléassistance en cas de chute ou de malaise (36 %), l'aide à l'aménagement du logement (28 %), et la recherche d'hébergements spécialisés (26 %).

 

* Enquête conduite par téléphone du 3 mars au 12 mars 2011 auprès d'un échantillon représentatif de 1002 personnes âgées de 45 à 75 ans (méthode des quotas).

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.