Auto : jusqu'à 740 000 conducteurs sans assurance selon le FGAO

 
11/04/2014
conducteurs-sans-assurance
Une hausse de 28,4% depuis 2008

Depuis 2008, le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO), organisme en charge d’indemniser les victimes d’accidents de la route causés par des conducteurs non identifiés ou non assurés, a vu le nombre de dossiers de non-assurance augmenter de 28,4%, avec  27 164 dossiers de non-assurance traités en 2013 .

Près de 6% des morts sur la route en 2013 impliquaient un conducteur non assuré.

 
Un coût collectif... et individuel

La non assurance représente un coût collectif non négligeable car les assurés - au travers de leurs primes d’assurance - et les assureurs participent au financement du FGAO. En 2013, le FGAO a versé 87,6 millions d'euros pour indeminiser les victimes, contre 15 millions d’euros qui ont pu être récupérés auprès des responsables d’accidents non assurés.

Un coût individuel ensuite parce que le FGAO se retourne contre les auteurs d'accidents qui ne sont pas assurés, avec des montants qui peuvent se chiffrer en dizaines de milliers d'euros...

Tant pour les dommages matériels que corporels, la dette, colossale, peut s’étaler sur toute une vie pour le non-assuré.  

Outre les conducteurs délinquants qui cumulent défaut de permis et défaut d'assurance, la non-assurance a deux causes principales : le non-paiement des primes (45% des conducteurs qui sont exclus de leur garantie) mais aussi de fausses déclarations entrainant la nullité du contrat (34%) : antécédents non déclarés, jeunes conducteurs qui se déclarent conducteurs occasionels alors qu'ils sont conducteurs principaux etc.

Pour sensibiliser les conducteurs non-assurés, et particulièrement les jeunes - 59 % des conducteurs non-assurés ont moins de 35 ans - le FGAO a lancé une campagne de sensibilisation au travers de vidéos, à voir sur  : roulez-assuré.fr

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.