Enquête : A quoi ressemble un cambriolage-type ?

 
04/11/2010
cambriolage-maison-appartement
Une enquête auprès des victimes
Cette enquête, dite de « victimation*» permet de compléter les statistiques officielles en interrogeant les victimes sans se baser uniquement sur les plaintes enregistrées : dans un tiers des cambriolages ou tentatives, aucune plainte n'est en effet déposée. 
 
3% des ménages interrogés ont indiqué avoir été victimes de cambriolages, tentés ou réussis, de leur résidence principale.
 
L'étude porte donc sur plus de 2 100 cambriolages considérés comme représentatifs des atteintes de ce type ayant eu lieu de 2005 à 2009. 
 
Dans une maison vide, en passant par la porte !
La configuration rêvée pour un cambrioleur est un logement vide : la confrontation directe entre voleur et victime est rare (16,6 % des atteintes décrites) et  plus encore s'agissant de menaces ou de violences (1,1%).
 

Mais dans plus d'un cas sur trois, le logement est occupé et, dans 10% des cas, le ou les auteurs ont été vus par les victimes.

Plus de 56% des cambriolages décrits par les victimes ont eu lieu en forçant l'entrée, l'intrusion par les fenêtres venant en deuxième position.

 

Préjudices matériels : 6 400 € en moyenne

Le montant moyen du préjudice matériel est de 6400 euros. Dans près de 55 % des cambriolages avec vol dans le logement, des bijoux sont emportés. Les autres biens les plus souvent dérobés sont le matériel « hi-fi, photo, vidéo » (47 %), de l'argent liquide, des chèques, des cartes bancaires (36,7 %) et du matériel informatique (26,1 %).

90% des plaintes portent sur des cambriolages avec un préjudice matériel de plus de 3250 euros.

Quant aux suites données, 75% des ménages disent n'avoir eu aucune nouvelle de leurs démarches et près de 8 % ont été informés d'un classement sans suite.

 
Les régions... et les saisons propices...
Le taux de cambriolage est le plus élevé en Ile-de-France, Haute-Normandie, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Nord-Pas-de-Calais, Languedoc-Roussillon, soit les régions les plus peuplées. Le plus faible se situe en Bretagne, dans le Limousin ou en Lorraine.
 
Trois mois se distinguent car ils regroupent chacun au moins 10 % des cambriolages et tentatives. Il s'agit de Juillet (12,6 %), Août (10,9 %) et Décembre (11,8 %). À l'inverse, la proportion d'atteintes datées de janvier ou février, soit 5,8 % chacun, est la plus faible.
 
* Ce procédé, conçu aux États-Unis il y a une quarantaine d'années, consiste à interroger un échantillon de ménages ou d'individus sur les atteintes dont ils ont pu avoir été victimes au cours d'un passé récent.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.