Hôpitaux : des enquêtes de satisfaction obligatoires dès 2011

 
10/11/2010
Hôpitaux : des enquêtes de satisfaction obligatoires dès 2011

Comme leurs homologues britanniques et américains, les hôpitaux français vont devoir recueillir l'avis de leurs malades en leur faisant répondre à une enquête de satisfaction. Plus de 150 000 patients seront interrogés chaque année...

150.000 patients interrogés par an

Chaque année, les 1300 établissements de santé publics et privés pratiquant une activité de médecine, chirurgie ou obstétrique devront organiser une enquête téléphonique auprès d'un échantillon de patients.
 
Des questionnaires de sortie existaient déjà, mais ils étaient différents d'un établissement à l'autre. A partir de 2011, tous les établissements de santé utiliseront un questionnaire commun permettant de connaître l'opinion des patients sur les différentes composantes - humaines, techniques et logistiques - de leur prise en charge en établissement de santé.
 

Un indicateur de satisfaction par hôpital

Le questionnaire sera administré aux patients par téléphone deux semaines après leur hospitalisation. Il concernera tous les services à l'exception des urgences et sera rempli de manière anonyme. Le questionnaire balaiera l'ensemble de la prise en charge du patient : information, communication avec les professionnels de santé, accueil, commodité et propreté de la chambre, restauration hospitalière, prise en charge de la douleur...
 
Les entretiens seront réalisés par un institut de sondage sélectionné par l'établissement de santé, auprès de 120 patients tirés au sort. Plus de 150 000 patients seront ainsi interrogés chaque année pour connaître leur opinion sur leur séjour.
 
Les réponses à ce questionnaire permettront de calculer des indicateurs thématiques de satisfaction des patients et un indicateur de satisfaction général pour chaque hôpital, tous deux largement diffusés...

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.