Les comparateurs de prix deviennent plus transparents

 
23/05/2016
Transparence des comparateurs de prix

A compter du 1er juillet 2016, les comparateurs de prix devront mieux informer les consommateurs sur leurs critères et leurs méthodes de comparaison.

Avec la démocratisation d’internet, les sites de comparaison jouent désormais un rôle important dans la décision des consommateurs lors de l’achat d’un bien ou d’un service.

Dans le cadre de la loi Hamon de mars 2014, le décret du 22 avril 2016 vient préciser les règles de transparence que les comparateurs de prix devront respecter, à compter du 1er juillet 2016.

Les comparateurs seront en particulier tenus d’informer les consommateurs sur :

  • le critère utilisé par défaut pour le classement des offres (sauf si le critère par défaut est le prix)
  • la définition de ce critère
  • le caractère exhaustif ou non des offres comparées et le nombre de sociétés ou de sites référencés
  • le caractère payant ou non du référencement sur leur plateforme

Un prix plus transparent

Les comparateurs devront également mentionner les caractéristiques essentielles de l’offre, le prix total à payer par le consommateur et les garanties commerciales (le cas échéant).

Le prix doit comprendre l’ensemble des frais, notamment de dossier, de gestion, de réservation, d'annulation, les frais de livraison, les frais d'intermédiation, les intérêts ainsi que les commissions et les taxes.

Lorsqu'un prix exact ne peut être indiqué, le comparateur doit mentionner les éventuelles conditions particulières d'application du prix annoncé et sa base de calcul.

Lire le décret du 22 avril 2016

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions