Patrimoine des Français : davantage d'assurance vie et d'immobilier

 
02/12/2010
patrimoine-des-francais

Un éventail de placements plus resseré
En 2010, les ménages vivant en France détiennent une palette de placements patrimoniaux moins large qu'il y a six ans. 

La modification de la fiscalité des Plans d'Épargne Logement (PEL) s'est ainsi traduite par une désaffection pour ce type d'épargne : le taux de détenteurs a chuté de 10 points (31,2 % contre 41,3% en 2004).

De même, la crise financière survenue en 2008 a entraîné une baisse de la détention de valeurs mobilières : 19,3% des ménages en possèdent contre 24,2% en 2004.

 
Un plébiscite pour l'assurance vie
Les ménages se sont clairement tournés vers les placements les plus sûrs : les livrets d'épargne (+ 1,8 % de détenteurs) et, surtout, l'assurance vie. Alors que la détention de produits d'épargne-retraite complémentaire volontaire est stable depuis 10 ans (environ 9 % des ménages) de plus en plus de ménages détiennent une assurance vie : 41,8 % en possèdent au moins une en 2010, contre 35,3 % en 2004.
 
L'insee relève notamment que « l'assurance-vie offre aux épargnants un cadre fiscalement attractif, un rendement intéressant et la possibilité de sécuriser, au moins en partie, leur épargne ».
 
58% des ménages français propriétaires de leur logement
Autre placement considéré comme sûr, la détention de biens immobiliers a légèrement progressé : entre 2004 et 2010, la part de ménages métropolitains possédant un patrimoine immobilier a augmenté de 1,4 point pour atteindre 61,9%.
 
Plus précisément, 58% des ménages sont propriétaires de leur résidence principale et 18,7% possèdent une résidence secondaire ou de l'immobilier de rapport.
 
 
Sources : Insee, enquêtes Patrimoine de 1997-1998, 2003-2004 et 2009-2010.
 
Tous les chiffres de l'enquête sont disponibles sur le site de l'Insee

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions