Couronnes dentaires et orthodontie : un coût en hausse

 
28/11/2013
Couronnes dentaires et orthodontie : un coût en hausse

Sur plus de 5 milliards d'euros payés par les patients en 2012 pour les prothèses, à peine 1 milliard a été remboursé par la Sécurité sociale, selon une étude* publiée par l'UFC-Que Choisir.

Prothèses : plus de 290€ à charge après remboursement par la sécu

Les actes de prothèse (couronne, bridge, inlay...) représentent un reste à charge moyen pour l’usager, après remboursement par la Sécurité Sociale et lorsqu’il ne bénéficie pas d’une assurance complémentaire santé, de plus de 290 euros.

Une somme qui varie du simple au double selon le département et grimpe jusqu’à plus de 400 euros à Paris. Pour les implants dentaires, le reste à charge moyen s’établit à 650 euros.

Orthodontie : un coût élevé à long terme

Quant aux soins d’orthodontie, ils ont représenté plus d’un milliard d’euros de dépenses en 2012,  dont près de 80% constituent des dépassements d’honoraires  à la charge des usagers ou de  leur complémentaire santé.
 
L’acte le plus courant, le « semestre de traitement actif » (période de 6 mois pendant laquelle la personne  porte son  appareillage) est ainsi facturé en moyenne autour de 650 euros, avec des variations en fonction du spécialiste et du département (près de 1000 euros en moyenne à Paris, contre à peine plus de 400 € en Ariège).

Le traitement est d’autant plus couteux qu’il s’envisage en général sur le long terme: il peut durer jusqu’à trois ans, soit 6 semestres. De son côté, la Sécurité sociale rembourse 193,50 € par semestre actif si le traitement débute avant l’âge de 16 ans. Le reste à charge par semestre, après remboursement par l’Assurance maladie, se situe donc à plus de 450 euros en moyenne.

 
*données issues du Système national d’information interrégimes de l’Assurance maladie (SNIIRAM) diffusées par le CISS (Collectif interassociatif sur la santé) qui regroupe quarante associations intervenant dans le champ de la  santé.
 
Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles (i) ne prétendent pas à l'exhaustivité, (ii) ne constituent pas un conseil à l’Internaute et (iii) ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur du fait notamment d’éventuelles erreurs inhérentes au système d'information ou de l’évolution des informations contenues dans l’article, postérieure à sa date de publication. L’utilisation à titre commerciale des informations fournies est interdite. Rapprochez-vous de l'administration et/ou de votre conseiller juridique ou financier habituel (notaire, avocat, banquier, etc).