Skip to main content

Point marché du 28/09/2020: une nouvelle phase délicate

Nous le disions lors de notre dernier commentaire de marché : la reprise sera « sous surveillance ». La reprise économique, soutenue par la demande des consommateurs après le confinement, commence comme prévu à changer de dynamique. Le retournement sur le marché du travail va être lent et dépendant de la santé des entreprises.

Dans l'ensemble, même si le rebond va se poursuivre, le quatrième trimestre pourrait afficher une certaine faiblesse par rapport à la vitesse observée récemment.

De leur côté, les marchés financiers démontrent qu’il est nécessaire de poursuivre des politiques monétaires assurant la liquidité et des taux durablement bas. Ils sont devenus addicts à ces injections et, comme dans tous les cas de dépendance, on ne peut pas baisser la dose sans provoquer des soubresauts.

La Réserve Fédérale a répondu présent et a donné une certaine visibilité aux marchés assurant dans son dernier discours le maintien d’une politique monétaire très accommodante. De leur côté, les gouvernements ont suivi le chemin indiqué par les banquiers centraux en annonçant des mesures de relance au-delà des attentes. La première vague de soutien budgétaire s’est concrétisée par des mesures estimées dans leur totalité à 20 000 milliards de dollars. La deuxième vague de soutien a déjà commencé.

La visibilité manque en revanche sur la sortie de la crise sanitaire et sur l’impact de la première vague de l’épidémie sur l’économie réelle. Sans parler des effets d’une éventuelle nouvelle rechute, si cela devait arriver au cours de cet hiver …

Les aides budgétaires, censées être temporaires, sont destinées à être prolongées, avec leur lot de conséquences – endettement massif des Etats, secteurs et entreprises « zombies » soutenus artificiellement, programmes d'emploi à court terme constamment étendus, impact fiscal… Faudra-t-il en faire plus ? Et pour combien de temps ?

Pour l’instant, la question des niveaux de dette et de déficit ne préoccupe pas les marchés, tant la tendance est mondiale. Mais deviendront-nous aussi dépendants des relances budgétaires ?

Enfin, nous rentrons désormais dans le rush final des élections pour la présidence des Etats-Unis. Le risque outre Atlantique est celui d’une fracture sociale extrêmement dangereuse, entretenue pour des raisons politiques et qui pourrait entraîner, en cas d’incertitudes sur le vote ou une attitude effrontée de refus du résultat, des mouvements violents.

 

Dans ce contexte, comment réagir sur les marchés ?

La situation des marchés peut rester délicate dans les prochaines semaines.

Compte tenu des dynamiques en cours, nous ne serions pas étonnés d’une montée de l’aversion au risque avec la conséquence d’une plus forte volatilité et la poursuite d’un biais plus prudent de la part des investisseurs.

Attention donc aux secousses et prenons conscience des risques dans les portefeuilles, afin d’y apporter la diversification nécessaire pour pouvoir profiter des opportunités.

Rédigé par Alessandra Gaudio, directrice des Solutions Patrimoniales

Ce Point marché a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation personnalisée ni une invitation à la souscription de produits ou de services. L’investisseur est seul juge du caractère approprié de ses décisions. Generali ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur cette page.

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.