Skip to main content

Point Marché du 04/05/2020. "Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien." - Socrate

L’attitude humble, pragmatique, signe d’ouverture d’esprit plutôt que d’accumulation de certitudes de la part de l’un des plus grands philosophes de tous les temps ne peut qu’être une grande leçon pour nous tous actuellement.

  • Pour l'économie mondiale, les craintes à venir dépendent encore de la rapidité avec laquelle les médecins, les scientifiques et les gouvernements développeront des stratégies pour tester, suivre et traiter le virus.

La reprise sera distincte selon les pays, en fonction des différentes mesures mises en place pour relancer l'activité, de la gravité de l'épidémie ou de possibles nouvelles vagues. Au-delà de ces premières tendances, il est difficile aujourd’hui de prévoir comment l'économie mondiale pourra évoluer.

L’évolution des marchés des matières premières confirme que la demande mondiale s'est effondrée et il est probable qu'elle ne se rétablira pas de sitôt. Au-delà des marchés pétroliers, faussés par les rivalités politiques et des infrastructures de stockage limitées, les prix de l'acier, du nickel, du maïs ou encore du sucre reflètent tous cette impasse.

  • Un nouveau cycle est en train par ailleurs de se mettre en place et c’est certainement celui d’une nouvelle ère d'expansion fiscale au niveau mondial.

Nombreuses sont cependant les questions ouvertes à ce point de l’histoire. Le choc sur les bilans des entreprises et des ménages va-t-il perdurer dans les mois à venir? Combien de temps peuvent survivre les PME avec de telles réductions de chiffre d’affaires, même en tenant compte des aides étatiques ? L'immobilier commercial sera-t-il impacté et en quelle mesure ? Les voyages d'affaires pourront-ils un jour se rétablir complètement? A quel point les fortes augmentations des dettes publiques impacteront-elles le secteur privé?

Bien avant cette crise, les marchés étaient déjà aux prises avec des bouleversements fondamentaux liés à la politique intérieure, à l'innovation technologique et aux relations commerciales internationales. Désormais, il faut ajouter à cela davantage de préoccupations concernant le comportement des consommateurs, l'appétit pour le risque des investisseurs et les interactions géopolitiques.

  • De cette crise, des nouvelles tendances et des nouveaux leaderships paraîtront sur les marchés.

Le monde d’après sera-t-il alors un monde moins global ? Quels seront les changements structurels dans la façon de vivre, travailler, voyager ? Cette crise sera-t-elle la raison pour un véritable saut quantique vers le tout-digital ?

Dans ce contexte, comment agir sur les marchés ?

Le retour à la normale s’annonce incertain.

N'essayons pas de trouver la solution miracle et unique. Diversification et sélection attentive deviennent encore plus que d’habitude les maîtres-mots de toute stratégie d’investissement.

Sur le marché des actions, les valeurs de qualité offrent désormais un potentiel de hausse suffisant pour que nous n’ayons pas à prendre des risques existentiels avec des bilans – ou des produits - à effet de levier.

Trouver un actif au potentiel de progression consistant mais au risque contenu est bien sûr une problématique omniprésente pour les investisseurs, quelles que soient les conditions de marché. On sait par ailleurs que cette équation est toujours difficile à résoudre : rendement et risque vont généralement de pair. Cette question se pose néanmoins plus que jamais dans le contexte actuel chargé d’incertitude.

Ce Point marché a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation personnalisée ni une invitation à la souscription de produits ou de services. L’investisseur est seul juge du caractère approprié de ses décisions. Generali ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur cette page.

 

Partager