Skip to main content

Point marché du 15/06/2020 : le retour de la prime de risque ?

Un choc extrême et des mesures extrêmes. Voilà les mots si on doit résumer jusqu’ici la crise en cours.
Mais est-elle encore en cours ou déjà passée ? Les marchés financiers et l’économie réelle paraissent en effet déconnectés.

A la mi-avril, le FMI s’attendait à ce que près de 150 pays soient en récession en 2020, bien plus que durant la crise de 2008-2011. En 2020, dans les pays développés, la contraction du PIB réel devrait se situer entre -7% et -12% en 2020. C’est environ sept fois plus que l’amplitude d’une récession classique.

L’économie française a touché son point bas en avril. Le rebond suite au déconfinement est bien là, toutefois des restrictions demeureront pour limiter le risque sanitaire, et des répercussions durables sont à redouter. La consommation des ménages - largement protégée aujourd’hui par la mise en place d’un chômage partiel assez généreux - dépendra dans les mois à venir du revenu disponible et donc des conditions d’emploi. Et celles-ci seront aussi la conséquence des investissements des entreprises, influencés par leur visibilité sur l’environnement à moyen terme et la politique fiscale.

Au niveau mondial, le climat des affaires a toutefois déjà fortement rebondi, même si son niveau absolu reste bas.

Côté marchés financiers, entre temps, l’impact de la crise a été effacé avec une extrême rapidité. Le « bazooka monétaire » utilisé par les banques centrales et les mesures fiscales ont eu raison de tout questionnement.

L’injection de liquidité a été massive. Une seule donnée pour toutes les résumer: la taille du bilan de la Federal Reserve aux Etats-Unis était de 880 billions de dollars en décembre 2008 pour passer à 4,5 trillions de dollars après la crise de 2008 -2011. Il est aujourd’hui supérieur à 7 trillions de dollars.

À chaque fois qu’un segment des marchés de capitaux a montré des signes de dysfonctionnement, les banques centrales sont intervenues pour corriger le problème et elles ont réussi à faire en sorte qu’il n’y ait pas de rationnement du crédit.

Le marché a ainsi intégré ce soutien inconditionnel et a rapidement effacé les stigmates de la crise.

Dans ce contexte, comment agir sur les marchés ?

Dans un tel contexte, l'existence même du concept de prime de risque – l’excédent de rendement lié à un actif risqué - est remise en cause. Et les valorisations sont propulsées à la hausse par un excès de liquidité qui cherche à s’investir. La valorisation des actions de certains secteurs et le marché de la dette d’entreprise ont atteint des niveaux tels qu’ils font douter de l'existence d'une crise économique.

Sommes-nous donc dans une nouvelle phase d’exubérance irrationnelle, alimentée par les injections de liquidité que le marché a désormais intégré comme permanentes?

En effet, la fonction d’indicateur normalement endossée par les marchés de taux a été ébranlée par l’action des banques centrales qui contrôlent implicitement ou explicitement les taux sur la totalité de la courbe. Avant 2008/2009, les courbes de rendement servaient d’indicateurs avancés des changements de cycle. Aujourd'hui, ce sont les flux et le sentiment de marché qui sont susceptibles d’influencer l’évolution des primes de risque.

Nous en avons eu un exemple la semaine dernière avec des prises de profits importantes sur les marchés.

L’été pourrait ainsi porter à un regain de volatilité, en particulier au moment de la publication des résultats des entreprises et de leurs perspectives pour l’année en cours. Toute déception par rapport à une trajectoire idéale serait alors sanctionnée.

Rédigé par Alessandra Gaudio, directrice des Solutions Patrimoniales

Ce Point marché a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation personnalisée ni une invitation à la souscription de produits ou de services. L’investisseur est seul juge du caractère approprié de ses décisions. Generali ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur cette page.

Partager