Covoiturage : quelles assurances pour cette nouvelle forme de mobilité ?

 
18/02/2016
Covoiturage : quelles assurances pour cette nouvelle forme de mobilité ?

Comme de nombreux Français, vous êtes adepte du covoiturage ? Vous avez raison : voilà un bon moyen de réduire vos frais de transport tout en faisant un geste pour l’environnement. Mais attention, ce mode de voyage convivial ne doit pas vous faire oublier la question des assurances ! On fait le point. 

Le covoiturage en bref

Cette pratique consiste, pour le propriétaire d’un véhicule, à partager sa voiture avec d’autres voyageurs se rendant au même endroit : université, bureau, lieu de vacances, etc. À la clé : des frais de carburant et/ou de péage réduits puisque ceux-ci sont divisés entre tous les voyageurs. Pour en profiter, vous pouvez soit « recruter » des voyageurs dans votre entourage - parmi vos voisins, vos amis ou vos collègues - soit passer par un site Web dédié.

En fonction du type de trajet (occasionnel ou régulier, long ou court), 2 cas de figure peuvent se présenter : 
-    seul le propriétaire de la voiture conduit,
-    plusieurs passagers se partagent le volant à tour de rôle.
Dans tous les cas, souscrire les bonnes garanties d’assurance est indispensable !

Vous êtes propriétaire du véhicule 

Avant de vous lancer dans le covoiturage, pensez à prévenir votre assureur. Il vous dira si cette pratique est prise en compte par votre contrat d’assurance auto, et notamment si :
-    le trajet effectué est couvert, 
-    les garanties jouent de la même façon si vous passez le volant à l’un de vos passagers.

Ne prenez pas de risques : certains contrats incluent une clause de « conduite exclusive », stipulant que certaines garanties ne s’appliqueront que si le véhicule est conduit par le conducteur nommément désigné ou majorant la franchise applicable en cas de conduite par une autre personne. Dans ce cas, voyez avec votre assureur s’il vous est possible de souscrire une extension de garantie « conducteur occasionnel ». Sachez toutefois que vous n’échapperez pas au malus en cas d’accident provoqué par ce dernier. Enfin, si le conducteur occasionnel conduit depuis moins de 3 ans, un surplus de franchise n’est pas à exclure. 

Vous n’êtes pas propriétaire du véhicule

Vous êtes le passager d’un véhicule en covoiturage ? Sachez qu’en cas d’accident, vous êtes obligatoirement indemnisé par l’assurance au tiers (responsabilité civile) du propriétaire de la voiture. 
De même, les dommages que vous pourrez causer à des tiers seront couverts par le contrat d'assurance du véhicule. Pensez à vérifier que celui-ci est bien assuré ! 

En revanche, si un accident survient alors que vous êtes au volant du véhicule, les dommages que vous subirez ne seront couverts que si le contrat d’assurance de la voiture le prévoit. En clair, ce dernier doit comporter une garantie couvrant les dommages corporels subis par tout conducteur autorisé. Faites le point avec le propriétaire de la voiture avant de prendre le volant ! 

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions