Skip to main content

Cet hiver, chauffez sans vous ruiner !

Il se peut que le confinement influe sur votre consommation d’énergie. Un moindre mal, face aux températures hivernales qui approchent : vous pouvez cependant adopter dès à présent les bons gestes pour alléger vos factures et faire du bien à notre planète.

Le 8 décembre dernier a été célébrée la journée mondiale du climat (ou journée mondiale contre le changement climatique), un évènement créé à l’initiative de plusieurs ONG. L’occasion de rappeler l’urgence de notre situation face au réchauffement climatique et la nécessité d’agir à petite et grande échelle pour en limiter les effets. 

Ce changement de cap en faveur de la transition écologique s’est récemment trouvé un allié imprévu : le confinement, ou plutôt le télétravail. Cette pratique généralisée a permis, pendant le premier confinement, de réduire drastiquement les déplacements (de 69 %) et les distances parcourues (39 %), passant de 9 km à 5,5 km grâce à la réduction des temps de trajets (93 %) le jour de télétravail. Le télétravail offre donc un potentiel considérable de réduction de la mobilité avec des effets favorables sur le trafic routier et les émissions de gaz à effet de serre et polluants. Un bon point côté professionnel. Côté privé, on observe l’adoption notoire d’écogestes par beaucoup de Français : l’augmentation du temps passé derrière les fourneaux (40 % des Français interrogés y ont passé plus d’une heure quotidienne en moyenne par jour contre 26 % avant le confinement), la consommation de produits locaux et la limitation du gaspillage en tout genre. De petites habitudes qui, si elles sont pratiquées au quotidien, peuvent avoir un impact significatif sur notre empreinte carbone.


Le confinement a également eu un impact considérable sur la consommation d’électricité : la fermeture des commerces non-essentiels (restaurants, cinémas, magasins…) et le ralentissement de l’activité dans le secteur industriel a provoqué une baisse de 15 % de la consommation d’électricité française habituellement constatée au mois de mars. Du côté des particuliers, il est à prévoir une légère surconsommation liée à davantage de sollicitation du chauffage (du fait d’une occupation des logements à des horaires où ils ne le sont pas en temps habituels) et de l’usage supplémentaire des appareils électroménagers (notamment la cuisson pour le déjeuner) ou numériques.

Et comme le mois dernier, nous vous donnions quelques astuces anti-gaspillage (Confinement : et si vous vous mettiez au Do It Yourself ?), nous vous proposons aujourd’hui plusieurs méthodes pour faire baisser votre note d’électricité, sans risquer d’avoir froid. 

À lui seul, le chauffage compose environ 60 % de la consommation totale d’énergie d’un foyer et 2 personnes sur 3 considèrent toujours avoir froid même quand le chauffage est allumé. Voici donc quelques conseils pour y remédier, et se chauffer, sans se ruiner.


Diminuez la température de 1°C

En baissant votre chauffage de seulement 1°C vous réaliserez environ 7 % d’économies par an.
Sachez que la plupart du temps les logements sont surchauffés. Rappelons que l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) conseille une température de 19°C à 22°C dans les pièces de vie (salon, cuisine) et de 16° à 18°C dans les chambres. Alors, investissez dans des thermomètres. 
Pour plus d'informations à ce sujet, consultez notre article Faites de votre maison un nid douillet à l'approche de l'hiver. 


Gardez la chaleur à l'intérieur

Commençons par une règle simple : plus la chaleur est contenue dans votre espace de vie, moins vous avez besoin d'en créer. Installez donc des coupe-froid au bas de chacune de vos portes, puis, à l’aide d’une bougie, décelez toutes les petites voies d’aération à colmater. Allumez la mèche, faites le tour de la maison et lorsque la flamme penche, cela signifie que vous vous trouvez près d'une fuite d'air. Vous pouvez également vous servir de vos rideaux : ouvrez-les pendant la journée, afin que les rayons du soleil entrent, fermez-les au coucher du soleil pour garder la chaleur à l'intérieur. De la même manière, dès que le soleil se couche, fermez les volets pour éviter que le froid et l’humidité ne pénètrent chez vous.


Vérifiez votre isolation

La déperdition de chaleur peut expliquer une hausse importante de votre facture de chauffage.
Vérifiez bien l’étanchéité de vos fenêtres et de vos portes. N’hésitez pas à changer les joints pour une meilleure isolation. Et si vous en avez la possibilité, investissez dans des fenêtres à double-vitrage. N’oubliez pas les portes de la cave et du garage qui peuvent laisser passer de l’air frais. Isolez-les avec des coupes-froid permanents ou adhésifs. Vérifiez également votre toiture et les combles si vous habitez une maison individuelle. Une bonne isolation permet de diminuer drastiquement les factures.
N’oubliez pas que des aides et prêts peuvent être accordés par l’Etat pour faire des travaux d'amélioration dans votre logement (accessibilité, installation d'équipements...) ou des travaux de rénovation énergétique.


Utilisez moins de chauffage

Si vous êtes habitué à porter des t-shirts et des shorts, c'est le moment d’opter pour des vêtements épais et des couvertures plus chaudes. N’oubliez-pas : la chaleur du corps est gratuite ! Tout comme les vapeurs émanant de votre cuisine ou de la salle de bain : n’hésitez pas à laisser les portes ouvertes pour laisser se diffuser la chaleur dans le reste de la maison. Enfin, vous pouvez investir dans des tapis, ils sont réputés pour garder la chaleur trop souvent perdue par le sol. Placez une bouillotte dans votre lit, mangez chaud et épicé, et buvez des tisanes.

Maniez le thermostat judicieusement

Vous avez suivi nos conseils ? Vous êtes alors en mesure de baisser le thermostat durablement. Il convient alors d’évaluer la chaleur dont chaque pièce a réellement besoin, et pendant combien de temps. Il est par exemple conseillé de baisser le chauffage la nuit pour mieux dormir : afin que cela soit fait automatiquement, vous pouvez utiliser un thermostat programmable ou des outils de chauffage intelligents. Des investissements largement rentabilisés, au bout d’un certain temps.


Mettez le chauffage en « position hors gel » 

Vous partez en vacances ? Pensez à placer votre chaudière ou vos radiateurs en position « hors gel ». Cela vous permettra de baisser le chauffage de votre logement pendant votre absence en conservant une température minimum de quelques degrés. Inutile de chauffer au maximum en votre absence.


Entretenez votre chaudière

Et comme vous ne voulez pas que vos efforts soient compromis par un chauffage inefficace, faites-le vérifier régulièrement d’autant que l’entretien annuel de votre chaudière est obligatoire. Il permet de vérifier votre installation. Mais n’hésitez pas à faire venir l’installateur au moindre doute car un mauvais réglage peut faire augmenter votre consommation de chauffage de 10 %.


Entretenez vos radiateurs

Pour optimiser le fonctionnement de vos radiateurs, isolez les tubes de cuivre transportant votre eau chaude, dépoussiérez régulièrement vos radiateurs, ne posez pas d’objets dessus et purgez vos radiateurs hydrauliques avant de les remettre en route. Vous pouvez également mettre un panneau réflecteur ou un film réfléchissant derrière les radiateurs à eau. Cela leur permet de renvoyer la chaleur dans la pièce et non vers le mur (surtout s’il donne vers l’extérieur).


Aérez aux bonnes heures

Il est important d’assainir votre logement en renouvelant l’air des pièces quotidiennement, surtout en hiver. Pour cela, ouvrez vos fenêtres 5 à 10 minutes par jour après avoir coupé votre chauffage. Si possible, aérez aux heures les plus chaudes. Enfin, ne bouchez jamais les grilles de ventilation car elles sont essentielles à la bonne qualité de l’air de votre habitation.
  

77 % des Français souhaitent que les pays du monde entier mobilisent les mêmes ressources à contre la lutte contre le réchauffement climatique que celles attribuées à la lutte contre la crise sanitaire. En ce sens, Generali a signé cette année une tribune avec plusieurs dirigeants d'entreprises et d'investisseurs européens. Elle appelle les chefs d'État et de gouvernement de l'Union Européenne à réduire leurs émissions domestiques de gaz à effet de serre d'au moins 55 % (par rapport aux niveaux de 1990) d'ici 2030, contre un objectif réduction précédemment de 40 %.

 

 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.