Le divorce fait baisser le niveau de vie

 
22/12/2015
Le divorce fait baisser le niveau de vie

Un rapport de l’Insee paru le 16 décembre montre que lors d’un divorce, chacun perd financièrement à la séparation. Mais la femme est plus impactée que l’homme.

En France, les divorces sont en forte progression : 300 000 couples par an en moyenne se sont séparés entre 2009 et 2012 selon l'Insee, dont 60% impliquant au moins un enfant. Or, rompre une union (mariage ou Pacs) a des effets non négligeables sur le niveau de vie, comme le montre une récente enquête de l’Insee. Le constat est sans appel : qu’il s’agisse de l’homme ou de la femme, chacun voit son niveau de vie diminuer lors de la séparation, avec la fin du partage des charges structurelles (logement, chauffage, voiture…), qui sont les principales économies d’échelle liées à la vie à deux.

Les femmes plus touchées financièrement

L’étude de l’Insee montre toutefois que les femmes subissent plus fortement cette baisse du niveau de vie, dès l'année suivant la rupture ou le divorce (environ -20%, contre -3% pour les hommes). Et ce malgré le versement des prestations sociales et de la pension alimentaire (en cas de garde des enfants). Cette différence est d’autant plus grande lorsque la part qu’apportait la femme dans les revenus du ménage était inférieure à 40%. La baisse de son niveau de vie dans cette situation peut atteindre 26,5%, tandis qu’une femme qui gagnait plus que son mari verra son niveau de vie peu voire pas impacté.

Bon à savoir : le couple protège de la pauvreté : quatre familles monoparentales sur dix vivent sous le seuil de pauvreté. Elles sont moins de deux sur dix quand les foyers sont unis ou recomposés.

Lire le rapport de l’Insee sur le niveau de vie des divorcés

Méthodologie : Etude menée par l’Insee sur 56 300 hommes et 64 400 femmes ayant divorcés ou rompu un Pacs en 2009.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.