Donner des jours de repos à un collègue dont l'enfant est malade

 
12/06/2014
don-jours-enfants-malades
L’entraide encouragée entre salariés

En tant que salarié (uniquement du privé), vous pouvez désormais céder quelques-uns de vos jours de repos non pris à un collègue dont l’enfant est gravement malade.

Quels sont les types de congés ​
concernés ?

Céder des jours de congés, oui, mais pas n’importe lesquels. Les congés payés à partir du 25e jour, les RTT et autres jours de récupération – même affectés à un Compte Epargne-Temps – sont seuls concernés.

Si vous êtes partant, sachez simplement que cette démarche, volontaire et anonyme, doit être soumise à l’accord de votre employeur.
 
Dans quels cas est-ce possible ?

Cette mesure doit profiter à l’un de vos collègues dont l’enfant est gravement malade, handicapé ou accidenté. Mais qu’entend par là le Code du Travail ? Maladie, handicap ou accident : essentiellement un état grave nécessitant des soins contraignants et la présence soutenue des parents auprès de leur enfant. Dans tous les cas, la demande doit être assortie d’un certificat médical détaillé.

Précision importante également : l’enfant concerné doit être âgé de moins de 20 ans.

 
Quid du bénéficiaire ?

Le salarié bénéficiaire pourra s’absenter tout en conservant ses droits (notamment rémunération et ancienneté) pendant toute la durée des congés dont il aura bénéficié. Cette période d’absence est en effet assimilée à une période de travail effectif.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.