Santé : le renoncement aux soins touche un Français sur 3

 
15/10/2013
etude-soin-trop-cher
33% des Français renoncent aux soins ou les reportent faute de moyens

Réalisée dans huit pays européens (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Suède, Pologne, Autriche et Espagne) et aux États-Unis, la 7ème édition du baromètre Santé et Société mené par le CSA pour Europ Assistance a analysé les attentes et préoccupations des citoyens en matière de santé.

Avec 33% des Français qui renoncent à se soigner ou reportent leurs soins faute de moyens, la France est l'un des pays européens les plus touchés par le renoncement aux soins (+ 6 points par rapport à 2012). Dans le reste de l’Europe, 39% des Polonais, 24% des Allemands, 20% des Italiens se disent concernés.

Aux Etats-Unis, ce sont 28% des Américains qui affirment ne pas être en mesure de se soigner. D’après les opinions recueillies, les mieux lotis seraient les Autrichiens (11%), les Espagnols (7%), les Suédois (6%) et les Britanniques (4%).

 
Les soins dentaires les plus délaissés
Les soins dentaires arrivent en tête des dépenses de santé reportées ou annulées par manque de moyens (25%), devant l’optique (17%), les soins courants (12%), les médicaments (7%) et les soins lourds (7%). Les femmes (41% contre 23% des hommes) et les 18-39 ans (40% contre 22% des plus de 60 ans), sont les premiers touchés par ce renoncement.
 
Pas de remise en cause du système de santé

Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé fin septembre que le tiers payant serait généralisé en 2017, le premier motif d'inquiétude des Français (à 88%) est l'augmentation de la part du financement personnel. Viennent ensuite l'inégalité d'accès aux soins et les délais d'attente.

En revanche, les Français continuent à avoir une bonne opinion de leur système de santé, avec une note de 5,1/10, contre 4,7 pour l’ensemble des Européens et 4,5 pour les Américains. A noter : les Italiens (3.2) et les Polonais (2.8) se démarquent par une évaluation particulièrement négative de leurs systèmes respectifs.

Interrogés sur ce qui constitue à leurs yeux la meilleure source de financement pour couvrir l’augmentation des dépenses de santé, les Européens citent pour 38% d’entre eux les impôts ou cotisations obligatoires, devant l’augmentation de la franchise par acte médical (33%) et les assurances privées, complémentaires ou mutuelles facultatives (29%). Les préférences diffèrent sensiblement chez les Américains, qui citent à 42% l’augmentation de la franchise par acte médical.

Méthodologie : baromètre réalisé par téléphone de mai à juin 2013, auprès d'un échantillon de 5 000 personnes dans huit pays Européens et aux Etats-Unis, représentatif des citoyens de 18 ans et plus construit, selon la méthode des quotas.
 

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.