Skip to main content

Faire son propre gel hydro-alcoolique : une fausse bonne idée ?

De nombreuses recettes de gel hydro-alcoolique circulent sur internet : à base d’aloe vera, d’huiles essentielles... Même l’Organisation mondiale de la Santé a diffusé sa formule. Il est pourtant vivement déconseillé de le fabriquer soi-même. Explications.

Fabriquer son gel à la maison : attention, danger !

Depuis l’apparition du Covid-19, les recettes ont fleuri sur les réseaux sociaux.
Mais attention : les autorités sanitaires déconseillent fortement de fabriquer du gel hydro-alcoolique chez soi.
La composition chimique se base sur des produits spécifiques (éthanol, peroxyde d’hydrogène et glycérol) et répond à un mode opératoire précis. Des manipulations et dosages mal maîtrisés peuvent rendre ces produits inefficaces ou même dangereux (risque de brûlure ou d’inflammation des voies respiratoires par exemple) !
Pour répondre à la pénurie, début mars, l’Organisation mondiale de la Santé avait publié une recette et ses recommandations. Mais il s’agissait d’un guide de préparation destiné exclusivement « aux professionnels de la pharmacie » !

Comment s’en procurer ?

Vous pouvez en acheter en pharmacie et dans les grandes et moyennes surfaces.
Au début de l’épidémie, les points de vente ont été dévalisés : la demande avait été multipliée au moins par six. Depuis, le gouvernement a pris des mesures pour encadrer les prix et autoriser les pharmacies à en produire, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé. Renseignez-vous auprès de votre pharmacie : elles sont nombreuses à en fabriquer, il vous suffit de ramener un contenant vide et propre.

Comment bien choisir son gel ?

Le gel hydro-alcoolique a fait ses preuves pour contrer l’épidémie mais tous les produits disponibles sur le marché ne se valent pas. Prenez le temps de lire attentivement l’étiquette pour vous assurer de l’action désinfectante du gel.

Nos conseils :
Le désinfectant pour les mains doit contenir au moins 60 % d’alcool pour être capable de tuer la plupart des virus.
Privilégiez un gel ou une solution indiquant avoir été testés selon la norme NF EN 14476 ou qui ont été testés sur un virus de la grippe selon ladite norme.
Que faire si cette mention n’apparaît pas sur le flacon ?
Optez alors pour un produit à base d’alcool éthylique (ou éthanol), d’alcool propylique (propane-1-ol ou n-propanol) ou d’alcool isopropylique (propane-2-ol ou isopropanol).

Comment faut-il l’appliquer ?

Le gel hydro-alcoolique est très simple à utiliser… en apparence.
Pour une parfaite efficacité, quelques précautions d’usage sont à connaître :
utilisez-le uniquement sur des mains sèches, saines (sans séquelles, coupures ou maladies de peau) et non souillées (qui semblent propres, à l’œil) ;
versez quelques gouttes dans la paume de la main ;
étalez largement en pensant à la paume et au dos de la main, à l’espace entre les doigts, aux poignets, sans oublier les ongles ;
frottez-vous les mains au moins 30 secondes, jusqu’à ce qu’elles soient bien sèches, sans les essuyer.

Savon et eau, le bon réflexe !

Les autorités de santé s’entendent pour dire que la meilleure solution consiste à se laver les mains à l’eau (chaude) et au savon (gras de préférence), en les frottant pendant au moins 30 secondes.
Une astuce : si vous voulez éviter qu’à la longue vos mains se dessèchent, utilisez régulièrement une crème hydratante, de l’huile d’amande douce ou un gel d’aloe vera hydratant.

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.