1ers secours : les Français pas assez formés aux gestes qui sauvent

 
21/02/2013
1ers secours : les Français pas assez formés aux gestes qui sauvent

Selon une étude publiée le 19 février par le Centre d’analyse stratégique (CAS),  le grand public se sent largement démuni face à une victime d’un arrêt cardiaque ou d’un accident de la vie courante.

Alors que 95% des Norvégiens et 80% des Autrichiens ont été initiés aux gestes qui sauvent, une grande majorité de Français ne maîtrisent pas suffisamment ces techniques pour intervenir.

Moins d’une personne sur cinq réagit en cas d’arrêt cardiaque

En France, moins d’une personne sur cinq témoin d’un arrêt cardiaque, pratique les gestes de premiers secours*, alors même que l’arrêt cardiaque est l’exemple type de la situation où un geste de réanimation pratiqué par un témoin peut doubler, voire tripler les chances de survie, selon le CAS.

Les secours mettent en France en moyenne 14 minutes pour arriver sur les lieux d’un incident (arrêt cardiaque, hémorragie, réaction allergique...).Plus de 50 000 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque chaque année, et seuls 3 % y survivent.

Or la Fédération Française de Cardiologie estime à environ 1,7 million de personnes initiées ou formées chaque année aux gestes qui sauvent, soit seulement 27% de la population formée.
 

Bien que la loi impose la formation de tous les jeunes aux gestes de premiers secours en classe de 3ème, seuls 20% en bénéficient actuellement.
 

Un impact considérable pour les accidents de la vie

La sensibilisation du grand public pourrait avoir un impact sur les accidents de la vie courante (chutes, brûlures, asphyxie...), responsables de 11 millions de blessés et 19 000 morts par an en France, soit presque cinq fois plus que les morts sur la route.

Pour vous informer sur les formations aux gestes de premiers secours, consultez les sites de la Croix Rouge Française, de la Protection civile de Paris ou encore de l'A.N.P.S (Association Nationale des Premiers Secours).

 

* source Fédération française de cardiologie

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.