Frais de santé : les étudiants précaires remboursés à 100 %

 
04/07/2014
Frais de santé : les étudiants précaires remboursés à 100%

Depuis le 3 juin 2014, les étudiants isolés en situation précaire bénéficient de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-C). Ils n’ont donc plus à prendre en charge la part complémentaire de leurs dépenses de santé, et peuvent se faire soigner gratuitement. Explications.

La CMU-C, c’est quoi ?

La Couverture Maladie Universelle complémentaire s’adresse à toute personne rattachée à la Sécurité sociale, habitant en France depuis plus de 3 mois, en situation régulière, et disposant de faibles revenus.

La CMC-U prend en charge la part complémentaire des dépenses de santé de ses bénéficiaires.

Désormais, les étudiants de moins de 25 ans, rattachés au foyer de leurs parents sans pour autant bénéficier de leurs ressources, sont également concernés.

En chiffre : 2 600 étudiants devraient pouvoir accéder à la Couverture Maladie Universelle complémentaire.

Comment ça marche ?

Prenons l’exemple d’une consultation chez le médecin traitant. Elle coûte 23 €, dont 15,10 € sont remboursés par la Sécurité sociale : il s’agit de la part obligatoire. La CMU-C prend en charge 6,90 €, qui correspondent à la part complémentaire. Quant à la participation forfaitaire de 1 €, les bénéficiaires de la CMU-C en sont exonérés.

Résultat de l’extension de ce dispositif aux étudiants « en situation d'isolement ou de rupture familiale » : leur frais de santé sont pris en charge à 100 %, qu’il s’agisse d’une consultation chez un spécialiste, à l’hôpital, d’analyses médicales ou de dépenses pour des médicaments.

Soins dentaires et orthodontiques, soins d’optique, prothèses auditives… La CMU-C inclut également des forfaits de prise en charge pour ces prestations.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.