Les pharmaciens s’engagent à délivrer 85% de génériques en 2013

 
28/05/2013
medicament-generique-accord-pharmacien
Un taux de substitution en hausse constante

Quand un médicament prescrit par un médecin n’est plus protégé par un brevet et qu’une version « générique », donc plus économique, de ce même médicament existe, les pharmaciens sont encouragés à le remplacer.

Ce n'est pas la première fois que les pouvoirs publics passent un accord avec les pharmaciens. En 2010 déjà, l'assurance maladie avait signé un engagement pour un « objectif national de pénétration des génériques » de 80%, mais sans parvenir à l’atteindre. En 2012, le taux moyen de substitution a atteint près de 83,5%. Pour 2013, l’objectif a été fixé à 85%.

 
Un système gagnant-gagnant

Et pour les inciter à mieux respecter leurs engagements, les pharmaciens touchent depuis 2012 des primes* lorsqu’ils remplissent les objectifs fixés. D’après le Ministère de la Santé, ces primes pour effort de substitution ont atteint en 2012 des montants compris entre 3 000 et 3 500€ selon les officines.

Selon le syndicat de pharmaciens USPO, la Sécurité sociale aurait de son côté économisé 1,5Md€ l’an dernier grâce à la substitution de médicaments génériques, et prévoit en 2013 quelque 300 à 400M€ d'économies supplémentaires.

* Cette prime est à mettre en regard de celle octroyée aux médecins depuis le 1er janvier 2012, en contrepartie du respect des objectifs de santé publique, dont le montant moyen a atteint 3 746€ en 2012.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.