Mortalité routière en hausse : les 26 mesures du gouvernement

 
09/02/2015
mortalite-routiere-en-hausse

La mortalité routière est en augmentation de 3,7% pour l’année 2014: il s’agit de la première hausse annuelle depuis 2001. En 2013, le nombre de morts sur les routes avait encore reculé de 10,5%, atteignant un nouveau record à la baisse depuis 1948, l’année des premières statistiques.

Cette augmentation s’explique principalement par une hausse sensible de la mortalité routière de trois catégories d’usagers particulièrement vulnérables : les piétons (+8 %), les cyclistes (+8 %) et les cyclomotoristes (+6 %). L’augmentation est plus modérée chez les automobilistes (+3%), mais représente néanmoins une cinquantaine de décès supplémentaires.

Nota : En 1973, les autorités avaient recensé plus de 18 000 morts en France. La mortalité routière a donc été divisée par cinq en quarante ans.

 

Des mesures de prévention et des sanctions renforcées

Malgré ces mauvais chiffres, le gouvernement a maintenu son objectif de réduire à 2 000 le nombre de morts par an sur les routes de France en 2020.

Il a annoncé 26 mesures pour y parvenir, parmi lesquelles on notera la baisse du seuil légal du taux d’alcoolémie à 0,2 g/l pour les conducteurs novices, la sensibilisation à la sécurité routière en classe de seconde dès la rentrée 2015 et l’interdiction du stationnement des véhicules 5 mètres avant les passages piétons, afin d’améliorer la visibilité.

Concernant l’usage du téléphone portable au volant, tous les systèmes de type écouteurs, oreillettes et casque sont interdits, à l’exception du système Bluetooth, afin de dissuader les usagers d’utiliser leur téléphone en conduisant.

En revanche, une baisse générale de la limitation de vitesse de 90 km/h à 80 km/h sur les routes secondaires, pourtant recommandée par le Conseil national de la sécurité routière, a été exclue : cette limitation sera pour l’instant expérimentée sur certains tronçons à double sens identifiés comme particulièrement accidentogènes.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.