Obsèques : les Français optent pour la crémation

 
07/11/2012
Obsèques : les Français optent pour la crémation

Deux sondages réalisés en octobre viennent confirmer la tendance. La crémation devient le rite funéraire préféré des français.

Le choix d'un Français sur deux

Selon la première enquête, réalisée par OpinionWay auprès de 1044 personnes majeures représentatives de la population de notre pays, près d’un Français sur deux souhaite une crémation pour ses propres obsèques (45%).

L’inhumation est, quant à elle, préférée par 2 Français sur dix (20%). Enfin 12% des Français déclarent que cela leur est égal, tandis que 23% avouent ne pas savoir.
 

Les raisons avancées pour préférer la crémation sont diverses : 28% évoquent des raisons philosophiques, 18% mettent en avant une motivation écologique et 9% des raisons économiques.

Un choix qui ne dépend pas de l'âge

Selon un autre sondage, réalisé cette fois auprès de 1.253 personnes par BVA, la proportion de Français préférant désormais être incinérés s’élèverait à 60% contre 40% pour l’inhumation.

L’intérêt de ce sondage est de relever un "clivage politique" sur cette question : alors qu'une écrasante majorité des sympathisants de gauche préféreraient être incinérés (71%, contre 29%), les sympathisants de droite sont aussi nombreux à préférer être enterrés (50%) qu'incinérés (50%)".

Par ailleurs, les habitants des communes rurales sont plus nombreux que les autres à préférer être enterrés (48%, contre 40% de l'ensemble de la population).

En revanche, la préférence entre enterrement ou incinération ne varie pas selon l'âge des personnes interrogées, conclut l'étude.
 

Vous souhaitez protéger votre famille et organiser à votre gré vos propres obsèques ?

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles (i) ne prétendent pas à l'exhaustivité, (ii) ne constituent pas un conseil à l’Internaute et (iii) ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur du fait notamment d’éventuelles erreurs inhérentes au système d'information ou de l’évolution des informations contenues dans l’article, postérieure à sa date de publication. L’utilisation à titre commercial des informations fournies est interdite. Rapprochez-vous de l'administration et/ou de votre conseiller juridique ou financier habituel (notaire, avocat, banquier, etc).

 

Nos solutions