Skip to main content

Fausses annonces de locations de vacances : comment les repérer ?

Les fausses annonces de location se multiplient sur Internet. Pour éviter de tomber dans le piège, voici plusieurs conseils pour repérer une annonce suspecte.

Qu’est-ce qu’une fausse annonce de location de vacances ? 

Vous avez réservé un séjour dans une villa avec piscine en bord de mer en location et, après plusieurs heures de trajet, vous constatez que cette maison n’existe pas, pas plus que le nom des propriétaires qui ont encaissé votre règlement ? Vous avez probablement été victime d’une arnaque à la location de vacances, comme de nombreux vacanciers.

En 2019, près de 7000 alertes ont été déposées sur Pharos – la plateforme officielle de signalement des comportements illicites – pour des arnaques liées à la location immobilière. C’est un tiers de plus qu’en 2018.

Parmi les escroqueries les plus répandues, le bailleur peut disparaître après le versement de l'acompte, l'adresse email du propriétaire peut avoir été piratée par des escrocs, le bien est déjà loué à une tierce personne, le logement n'existe pas ou encore la location ne correspond pas au descriptif de l'annonce. Afin de vous protéger de ces pratiques frauduleuses, voici quelques astuces pour les repérer.

Renseignez-vous sur l’identité du propriétaire et la localisation du bien

Avant d’effectuer toute réservation, n’hésitez pas à téléphoner au propriétaire proposant le bien en location. Cela permet d’abord d’établir un premier contact, et de poser vos questions au sujet des commodités du bien et d’obtenir l’adresse à laquelle il se situe.

Avec cette information, vous pourrez vérifier à l’aide d’un outil de géolocalisation, comme Google Maps, si la photo de l’annonce correspond bien à la réalité.

Dans le même temps, assurez-vous qu’aucune mention d’arnaque n’a été publiée sur internet (forums ou réseaux sociaux) à l’égard de cette annonce.

Prêtez attention au prix et au moyen de paiement demandé

Des prix cassés peuvent mettre la puce à l’oreille. Vérifiez donc que le prix pratiqué est en accord avec les offres sur le marché.

Sachez également que l’acompte que le propriétaire peut vous demander de verser excède rarement 30 % du montant total du séjour. Une proportion supérieure peut constituer un signal d’alerte.  

De même, pour les moyens de paiement, il est vivement déconseillé de régler par mandats cash ou par virement bancaire non sécurisé.

N’utilisez que des moyens de paiement officiels : le virement bancaire, Paypal, la carte bleue ou les chèques vacances. Aussi, soyez vigilant à ne pas envoyer votre règlement à l’étranger si le bien que vous convoitez se trouve en France. 

Bon à savoir. De nombreux sites et moteurs de recherche ont un espace dédié aux avis des anciens locataires. Prenez le soin de lire attentivement ces commentaires, qui peuvent attirer votre attention sur certains défauts ou une éventuelle arnaque. Par ailleurs, l’absence d’avis ou une annonce trop récente doivent attirer votre attention. 

Gare aux clauses abusives

Il vous faut systématiquement demander un contrat de location, c’est-à-dire deux exemplaires originaux datés et signés par le locataire et le bailleur, qui comportent chacun le descriptif des lieux, les dates de séjour et les prix. 

Attention également aux clauses abusives qui peuvent être détectées lors d’une lecture attentive du contrat. Celui-ci ne peut pas, par exemple, obliger le locataire à prendre une assurance, ou encore établir des délais trop courts pour effectuer des réclamations. Ces clauses, qualifiées d’abusives par la Commission des clauses abusives, n’ont aucune valeur légale.  

Bon à savoir. Si vous êtes victime d’une arnaque, n’hésitez pas à signaler l’annonce frauduleuse sur le portail Pharos mis à disposition sur le site du gouvernement.

À lire aussi :

Sources : 

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.