Semaine de repli pour les bourses mondiales

 
13/11/2012
semaine-de-repli-pour-les-bourses-mondiales
Résumé économique de la semaine

Les indices boursiers ont fini en baisse cette semaine faisant suite à une inquiétude nouvelle vis-à-vis de la situation économique mondiale et de la situation en Grèce. Tout d’abord, en Europe, les prévisions de croissance ont été revues à la baisse et Mario Draghi, qui a opté pour un statuquo de la politique monétaire, a relevé que les derniers indicateurs montraient que les conséquences de la crise avaient atteint l’Allemagne.

Aux Etats-Unis, les marchés qui redoutaient un comptage des voix pour l’élection présidentielle ont, certes, été rassurés mais cela n’a pas fait le poids face à l’inquiétude de ne pas trouver un accord avant la « fiscal cliff » (fin des exemptions d’impôts et de baisse des dépenses). Si aucun accord n’est conclu, en raison de la cohabitation au Congrès (la Chambre des Représentants est républicaines), la « fiscal cliff » pourrait conduire le pays en récession mais cela est assez peu probable. En outre, le président Barack Obama souhaite relever certains taux d’imposition tels que ceux adossés aux dividendes et aux gains en capital ce qui pourrait peser sur l’évolution des marchés.

Enfin, en Asie, se pose la question de la transition politique en Chine. Le nouveau gouvernement chinois devra faire face à de nouveaux défis dont le vieillissement de la population et le probable ralentissement de l’économie. De plus, l’émergence d’une classe moyenne éduquée fait naitre de nouvelles pressions sur le gouvernement en termes d’écologie, de santé et de systèmes de retraite.

 
USA : Confiance des ménages au plus haut
  • La confiance des ménages pour le mois de novembre est au plus haut depuis juillet 2007. L'indice de l'université du Michigan a grimpé à 84,9, contre 82,6 en octobre et un consensus de 83,0.
  • Le déficit commercial a enregistré un recul surprise en septembre sous l'effet d'un rebond des exportations après deux mois de baisse, selon le département du Commerce. Le solde de la balance commerciale s'est établi en septembre à -41,5 milliards de dollars, soit une amélioration de 5,1% par rapport au mois d'août. La réduction du déficit résulte principalement d'un rebond des exportations américaines, qui ont gagné 3,1%, à 187 milliards de dollars, après deux mois de recul. Elles ont progressé plus vite que les importations qui se sont élevées à 228,5 milliards de dollars.
  • L'activité dans les services a enregistré en octobre une baisse légèrement plus marquée que prévu, selon l'indice des directeurs des achats ISM. L'ISM "non-manufacturier" a cédé 0,9 point par rapport au mois précédent pour atteindre 54,2% alors que les analystes s’attendaient à une baisse moins marquée. Le recul de l'indice a été notamment causé par une baisse conjuguée des commandes nouvelles (-2,9%) et de la production (-4,5%). La forte hausse de l'emploi dans les services (+3,8%) n'a pas suffi à compenser ce mouvement de recul.
  • Les prix à l'importation ont rebondi davantage que prévu en octobre, tirés par la progression des prix du pétrole. Le Département du Travail a fait état d'une hausse de 0,5% des prix à l'importation le mois dernier, après une augmentation de 1,1% en septembre. Les économistes anticipaient entre une stabilité et une hausse de 0,2% des prix à l'importation. Les prix à l'importation de septembre ont été gonflés par ceux du pétrole (+1,2%). De leur côté, les prix à l'exportation restent stables en octobre d'un mois sur l'autre, après avoir augmenté de 0,8% en septembre.
 
ZONE EURO : Contraction de l’activité globale
  • L'indice PMI composite, qui intègre aussi le secteur manufacturier, a reculé à 45,7 contre 46,1 en septembre, son neuvième mois d'affilée sous les 50.
  • L'activité dans le secteur des services a connu en octobre sa plus forte contraction depuis juillet 2009. L'indice PMI des services s'est établi à 46,0, contre 46,2 annoncé en version flash et 46,1 en septembre. Sa composante de l'emploi est remontée à 47,4 contre 45,9, sous le seuil de 50 pour le 10e mois consécutif.
  • Les ventes de détail ont chuté de 0,2% en septembre par rapport au mois d'août, essentiellement sous le coup de la distribution non alimentaire, selon Eurostat. En août, le commerce de détail avait progressé de 0,2%. Entre septembre 2011 et septembre 2012, l'indice des ventes a baissé de 0,8%.
  • Les prix à la production industrielle ont augmenté de 0,2% en septembre après avoir déjà progressé de 0,9% en août, selon Eurostat. Sur un an, les prix à la production industrielle ont enregistré une hausse de 2,7% dans la zone euro.
 
FRANCE : Un bilan délicat
  • L'indice PMI composite, qui regroupe services et industrie, est légèrement remonté, à 43,5 en octobre après 43,2 en septembre (ce qui était son plus bas niveau depuis mars 2009). En première estimation, cet indice était à 44,8.
  • L'activité dans le secteur des services a encore nettement reculé en octobre. L'indice PMI des services est tombé à 44,6 en octobre, son plus bas niveau depuis octobre 2011, alors que l'estimation flash était de 46,2 après 45,0 en septembre.
  • La production industrielle a reculé de 2,7% en septembre, a annoncé l'Insee. Les économistes anticipaient en moyenne une baisse de 1%. La production manufacturière, c'est-à-dire hors énergie mais en incluant l'agroalimentaire, a reculé de 3,2% après une progression de 2,1% en août. Au cours du troisième trimestre, la production a augmenté de 0,9 % dans l'industrie manufacturière et est restée stable dans l'ensemble de l'industrie.
  • Le déficit de la balance commerciale s'est légèrement réduit en septembre en raison notamment d'une baisse des achats énergétiques et d'automobiles à l'importation, tandis que les exportations s'inscrivaient également en recul, selon le ministère de l'Economie et des Finances et celui du Commerce extérieur. Le déficit de la balance commerciale s'est réduit de 200 millions d'euros d'une année sur l'autre, à 5,03 milliards d'euros en septembre. Le déficit de la balance commerciale sur douze mois s'est ainsi établi à 67,28 milliards d'euros, alors que celui de l'année 2011 atteignait 73,34 milliards.
 
ALLEMAGNE : Des interrogations sur la croissance
  • Les commandes à l'industrie ont diminué plus que prévu en septembre, sous l'effet d'une forte baisse de la demande en provenance du reste de la zone euro. Elles ont reculé de 3,3% en septembre, contre un recul limité à 0,5% estimé par le consensus. Les contrats passés par des clients de la zone euro ont quant à eux dévissé de 9,6% contre une baisse de 1,8% de la demande intérieure.
  • La production industrielle a reculé de 1,8% en septembre sur un mois, soit une baisse nettement plus marquée qu'en août. La baisse de septembre, dont le chiffre est provisoire, s'explique surtout par le déclin de la production des biens d'investissement et de biens intermédiaires. La baisse d'août s'avère finalement légèrement moins importante.
  • Les prix à la consommation sont restés stables en octobre, comme attendu, selon l'Office Fédéral de la Statistique. L'indice harmonisé aux normes européennes (IPCH) a en revanche augmenté de 0,1% sur le mois. Sur un an, le taux d'inflation ressort à 2,0% en octobre (2,1% pour l'IPCH), comme au mois précédent.
  • L'excédent commercial s'est accru en septembre, affichant 16,9 milliards d'euros en données brutes, contre 16,3 milliards d'euros au mois d'août, selon Destatis. Les exportations se sont élevées à 91,7 milliards d'euros en septembre, soit légèrement mieux que le mois précédent (90,2 milliards) mais moins qu'un an plus tôt a précisé Destatis qui note un recul de 7% sur un an des exportations vers les pays de l'Union européenne et de 9,1% si l'on ne prend en compte que la zone euro. Les importations ont progressé sur un mois à 74,9 milliards d'euros contre 73,9 milliards en août.
 
ROYAUME-UNI : Repli de la production industrielle
  • La production industrielle a baissé plus fortement que prévu en septembre. La production industrielle a ainsi reculé de 1,7% en septembre, après un repli de 0,5% en août, selon l'Office National de la Statistique. La production manufacturière a progressé de 0,1% de après une baisse de 1,2% en août (-1,1% en première estimation). Le consensus tablait sur une baisse de 0,6% de la production industrielle et sur une hausse de 0,3% de la seule industrie manufacturière.
  • L'indice PMI du secteur des services a reculé à 50,6 en octobre contre 52,2 en septembre. L'indice d'octobre marque un plus bas depuis décembre 2010 alors que les économistes n'attendaient qu'un léger tassement, avec une prévision moyenne à 52,0.
  • Le déficit commercial s’est réduit à 2,7 milliards de livres au mois de septembre, contre 4,3 milliards en août, d'après l'Office National de Statistiques. En septembre, le pays a accusé un déficit des biens en forte baisse, à 8,4 milliards de livres contre 10 milliards en août. De son côté, l'excédent des services est resté stable à 5,7 milliards.
 
CHINE : Des signes tangibles de reprise de l’activité
  • L'augmentation de la production industrielle a atteint 9,6% sur un an, contre 9,2% au mois de septembre. Sur les dix premiers mois de l'année, elle s'élève désormais à 10%, par rapport à la même période de 2011.
  • L'indice PMI HSBC des services s'est tassé à 53,5 en octobre après un plus haut de quatre mois à 54,3 en septembre, avec une composante des entrées de commandes moins forte qu'attendu. L'enquête de HSBC n'englobe pas le secteur de la construction, qui a dynamisé l'indice PMI calculé par le Bureau National de la Statistique (en hausse à 55,5). La composante des nouvelles commandes a reculé à 53 contre 54 en septembre.
  • Les ventes de détail ont progressé de 14,5% sur un an en octobre, contre 14,2% en septembre.
  • L'indice des prix a continué de fléchir a 1,7% de hausse sur un an à son plus faible niveau depuis janvier 2010.
 
L’actualité des marchés financiers
MARCHÉ DES ACTIONS

Cette semaine, les bourses ont unanimement fini sur des performances hebdomadaires négatives. Le Nikkei a chuté de 3,24% à 8757,60 points mais reste quasi-stable sur un mois glissant contrairement aux indices américains. Ces derniers ont enregistré un repli. La baisse s’élève à 2,12% pour le Dow Jones qui fini à 12 815,39 points et à 2,43% pour le S&P 500. Sur un mois glissant ces deux indices de Wall Street enregistre une baisse de plus de 4%. En Europe, le DJ Stoxx 50 recule de 1,56% sur la semaine à 2 521,70 points tandis que le CAC 40 s’établit à 3 423,57 points, en baisse de 1,97%.

 
MARCHÉ DES TAUX

Cette semaine encore, les obligations ont profité du regain d’appétit pour les valeurs refuges. De maturité 10, les US Treasuries sont en baisse de 16 points de base à 1,57%, les rendements des bunds allemands se repli à 1,34% de 11 points de base et les OAT françaises ont vu leur rendement en baisse de 9 points de base à 2,14%.

 
MARCHÉ DES MATIERES PREMIERES

Les matières premières ont progressé cette semaine. D’une part, le cours de l’once d’or a évolué positivement cette semaine (+2,98%) et s’est fixé à 1 731,49 dollars. Cela est certainement dû à des anticipations de poursuite de politiques monétaires accommodantes aux Etats-Unis notamment.

D’autre part, le cours de l’or noir a, lui aussi, connu une évolution positive cette semaine. Le baril de Brent se négociait à la clôture à 108,16 dollars, prix en progression de 1,55%.

 
MARCHÉ DES DEVISES

Cette semaine, à nouveau, le dollar a gagné du terrain face à l’euro toutefois, il a légèrement fléchi face au yen. La parité euro dollar est en baisse de 1,06%. Ainsi, un euro s’échangeait contre 1,2709 dollar. Le dollar a cédé 1,21% face au yen à une parité de 79,4950 yens.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions