Le téléphone au volant associé à 1 accident de la route sur 10

 
09/05/2011
telephone-volant-accident
Un conducteur sur deux utilise son téléphone au volant
  • En France, près de la moitié des conducteurs utilisent à un moment où à un autre un téléphone en conduisant (portable ordinaire ou kit mains-libres). Les jeunes, les hommes, et les usagers de la route à titre professionnel sont les plus concernés.
     
  • Téléphoner en conduisant multiplie par 3 les risques d'accidents. Or, cette pratique est extrêmement répandue : en moyenne, la proportion de conducteurs dans la circulation qui, à un instant « t », utilisent un téléphone portable, est de l'ordre de 6%.
 
Des défauts d'attention qui altèrent les capacités de conduite
  • Téléphoner en conduisant modifie le comportement visuel. L'attention du conducteur est accaparée : il regarde davantage droit devant et néglige la consultation des rétroviseurs ou du compteur de vitesse.
  • Le kit mains-libres entraîne quasiment le même niveau de distraction : au-delà de la mobilisation physique, téléphoner introduit en effet une charge mentale supplémentaire et réduit les ressources d'attention indispensables pour conduire. Le conducteur qui téléphone est tout juste capable d'assurer en parallèle les tâches de conduite routinières, comme s'il se mettait en « pilotage automatique ».
 
1 accident de la route sur 10
  • En France, près d'un accident corporel de la route sur dix est associé à l'utilisation du téléphone au volant. Les conducteurs sous-estiment très largement ce risque. Beaucoup s'imaginent que le danger réside dans la manipulation physique du téléphone alors que la menace vient de la captation de l'attention.

 

 

* L'Inserm, en association avec l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar) a réuni un groupe pluridisciplinaire de neuf experts qui ont analysé près de 400 documents et auditionné onze personnalités, chercheurs, représentants des constructeurs automobiles, des opérateurs de téléphonie et de la Caisse nationale d'assurance maladie.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.