Skip to main content
Le trafic de points de permis devient un délit

Le trafic de points de permis devient un délit

Le code de la route s'enrichit d'un nouveau délit : la vente ou l'achat de points du permis de conduire sont désormais passibles d'une peine allant jusqu'à 6 mois de prison. Une mesure destinée à lutter contre le trafic de points , notamment sur Internet.

Avec le développement des contrôles de vitesse automatisés, le nombre de points perdus chaque année a considérablement augmenté. Certains automobilistes ayant perdu un grand nombre de points n'hésitent pas à imputer une contravention entraînant un retrait de points à un autre automobiliste, avec l'accord de ce dernier.


 


D'abord cantonné dans la sphère familiale et amicale, ce phénomène s'est étendu et a pris la forme d'un véritable « trafic » avec contrepartie financière. Sur internet, un point de permis se négocierait, en moyenne, à 700 €.


Pour dissuader ce trafic, un nouveau délit a été instauré dans le code de la route par la loi Loppsi 2 (Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure). L'auteur de l'infraction comme le vendeur de points encourent dorénavant six mois de prison et 15 000 € d'amende.


Le fait de se livrer à ce trafic de façon régulière ou en faisant la publicité constitue une circonstance aggravante qui double la peine : la sanction encourue passe à un an d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.


Des peines complémentaires pourront de surcroît être prononcées : suspension du permis de conduire pour une durée allant jusqu'à 3 ans, peines de travail d'intérêt général, jours-amendes, stage obligatoire de sécurité routière, etc. (art. L223-9 du Code de la route) 


Partager