De nouveaux droits pour les piétons et les cyclistes

 
24/11/2010

Un décret paru le 16 novembre au Journal officiel renforce les droits des piétons et des cyclistes en modifiant le Code de la route. Nouvelles régles de priorité, zones de rencontre, Generali fait le point pour vous...

zone-de-rencontre

Une priorité renforcée pour les piétons

  • En l'absence de passage protégé à moins de 50 mètres de lui, un piéton peut traverser la chaussée. S'il s'engage ou manifeste son intention de rejoindre le trottoir d'en face (par un pas en avant ostensible ou un geste de la main par exemple), l'automobiliste doit lui céder le passage et, si besoin, s'arrêter, même en dehors d'un passage protégé.
La Sécurité routière rappelle toutefois que le décret ne modifie pas les règles que les piétons doivent respecter avant de traverser : emprunter les passages piétons s'il en existe à moins de 50 m, respecter les feux de signalisation...
 
  • Dans une zone de rencontre* ou sur une aire piétonne, le piéton en marche est déclaré une fois pour toutes prioritaire. Une obligation qui ne doit pas être prise à légère. En cas de non-respect, le conducteur sera verbalisé : 135 euros d'amende et quatre points de permis en moins à la clé...
 

Un passage à droite autorisé sous conditions pour les cyclistes

Quant aux cyclistes, ils pourront désormais tourner à droite sans s'arrêter au feu rouge, tout en laissant la priorité aux piétons.
 
Ce passe-droit ne pourra jouer toutefois que sur les seuls carrefours autorisés par les maires et identifiés par une nouvelle signalisation autorisant le « tourne à droite ». Les panneaux devraient être prêts en début d'année prochaine.
 
*Espace où la vitesse est limitée à 20 km/h et la priorité donnée au piéton, qui est autorisé à marcher sur la voie, sans pour autant y stationner. Les cyclistes ont le droit d'y circuler à contresens. (panneau de signalisation ci-dessus)
 

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.