allocation_fin_de_vie

Aidants familiaux : l'allocation de fin de vie

Vous accompagnez un de vos proches en fin de vie et avez, pour cette raison, aménagé votre activité professionnelle ? Vous pouvez désormais bénéficier d'une allocation journalière. Le point sur ce soutien financier.

Les conditions d’attribution

Vous pouvez bénéficier d'une allocation journalière si vous accompagnez à domicile une personne en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause.
 
Vous devez pour cela appartenir à l'une des catégories suivantes :
  • salarié bénéficiaire du congé de solidarité familiale ou ayant transformé son activité en temps partiel,
  • demandeur d'emploi indemnisé par Pôle emploi et ayant cessé toute recherche active d'emploi,
  • non salarié (exploitant agricole, profession libérale, ministre des cultes) ayant suspendu ou réduit ses activités professionnelles.
La personne accompagnée peut être un ascendant (père, mère), un descendant (enfant, petit-enfant), un frère ou une sœur, une personne vivant à votre domicile (conjoint, concubin, partenaire de PACS), ou une personne vous ayant désigné comme personne de confiance.

Les démarches à effectuer

Pour obtenir cette aide, vous devez remplir le formulaire de demande d'allocation journalière d'accompagnement à domicile d'une personne en fin de vie, puis l'adresser à votre caisse d'Assurance Maladie.
 
Ce formulaire doit être accompagné d'un certificat médical, établi par le médecin traitant de la personne que vous accompagnez, attestant que cette dernière est en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable. 
 
Si vous êtes salarié, vous devez également joindre une attestation de votre employeur, précisant que vous bénéficiez du congé de solidarité familiale ou qu'il a été transformé en temps partiel. 
 
Si vous êtes demandeur d'emploi, vous devrez fournir une déclaration sur l'honneur de cessation de recherche active d'emploi.
 
En pratique 

L'allocation s'élève à 53,17 € brut par jour. Elle est versée à compter de la date de réception de votre demande par votre caisse d'Assurance Maladie,  pour une durée de 21 jours maximum (jours ouvrables ou non). Elle sera interrompue le lendemain du décès de la personne que vous accompagnez s'il intervient pendant ce délai.

 Dossier mis à jour le 14/10/2011

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions