assurance colonies et centre aéré

Centre de loisirs, colonie : en vacances, comment protéger mon enfant ?

Avec environ deux semaines de vacances scolaires toutes les six semaines, difficile de s’organiser ! Il n’est pas toujours possible d’emmener son enfant en vacances, alors les solutions alternatives sont les bienvenues : centre aéré ou colonie de vacances. Mais s’il arrivait quelque chose à votre enfant, est-il assuré ?

Une assurance obligatoire mais insuffisante

Les structures qui vont accueillir votre enfant, centre de loisirs ou colonie de vacances, sont obligées de souscrire une assurance. Elle couvre la responsabilité civile des organisateurs, du personnel et des enfants, qui sont considérés comme des tiers entre eux. Les jeunes sont ainsi couverts s’ils se blessent entre eux ou dans le cadre d’une activité organisée par le centre. De plus, si un tiers blesse votre enfant, sa propre responsabilité civile pourra jouer dans la prise en charge des frais.

L’assurance des centres de vacances peut toutefois s’avérer insuffisante, et ce pour plusieurs raisons :

  • Elle peut contenir des exclusions spécifiques, comme par exemple le vol, le vandalisme ou la destruction volontaire de la part d’un enfant, puisqu’il ne s’agit pas de garanties obligatoires, 
  • Si le responsable de l’accident de votre enfant ne peut pas être déterminé, ou s’il s’est blessé seul, l’assurance du centre ou de la colonie ne pourra pas s’appliquer. Il faudra alors faire jouer la garantie qui couvre les dommages subis par votre enfant, à condition d’en avoir une.

Il existe plusieurs solutions pour le protéger.

Une gamme de produits aux couvertures variées

  • Si votre enfant cause des dommages à autrui

De manière classique, la responsabilité civile du fait des enfants est couverte par l’assurance multirisques habitation de ses parents. Elle couvrira votre enfant dans le cas où il cause des dommages matériels ou corporels à autrui. Elle inclut parfois les faits de destruction volontaire, il vous appartient de vérifier les clauses de votre contrat.

Mais il s’agit d’une protection limitée : la responsabilité civile ne couvre que les dommages que votre enfant cause à d’autres personnes. S’il subit lui-même des dommages, avec ou sans tiers identifié, votre assurance ne jouera pas.

 

  • L’assurance extra-scolaire est un bon complément à l’assurance scolaire (vivement conseillée par l’Education nationale).

L’assurance scolaire couvre votre enfant pendant ses activités à l’école et pendant ses trajets entre sa maison et son établissement.

L’assurance extra-scolaire, quant à elle, ajoute à l’assurance scolaire une garantie lors de ses activités culturelles et sportives dans les structures qui l’accueillent pendant ses vacances. 

 

  • La Garantie Accidents de la Vie

Votre enfant peut également être couvert par une Garantie des Accidents de la Vie (GAV), qu’il est possible de souscrire pour toute la famille. Il sera indemnisé en cas d’accident entraînant une incapacité et vous pourrez également bénéficier d’une aide pour gérer les conséquences de cet accident. Dans un tel cas, il vous faudrait en effet peut-être demander une aide à domicile ou encore faire aménager votre logement pour faciliter le quotidien du blessé.  

En conclusion

Quelle que soit la solution choisie, n’oubliez pas de vous renseigner avant le départ de votre enfant sur les garanties, conditions et plafonds de vos assurances, afin que tout le monde profite sereinement du séjour.

Lire les recommandations du Service public sur l’assurance scolaire

 

Bon à savoir : La fréquentation des colonies de vacances a drastiquement chuté depuis son pic, dans les années 1990. Une baisse justifiée par certaines inquiétudes des parents sur leur qualité et leur sécurité, mais aussi par la crainte que le séjour soit trop cher. Il faut compter, en moyenne, de 400 € à 600 € pour un séjour d’une semaine.

Le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, a voulu redorer le blason des colonies, en lançant une vaste campagne de promotion au printemps 2015. Outre des contrôles fréquents et rigoureux des structures, il rappelle que les aides sont nombreuses pour financer les séjours : chèques vacances, participation des comités d’entreprise, bons des caisses d’allocations familiales (CAF).  

Rendez-vous sur le site dédié du ministère de la Jeunesse et des Sports pour en savoir plus sur les colonies de vacances

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.