Vous souhaitez faire le point sur votre évolution professionnelle ? Si vous êtes salarié d’une entreprise, vous pouvez effectuer un bilan de compétences. En quoi cela consiste-t-il ? Quelles sont les conditions nécessaires et les démarches à effectuer pour en bénéficier ? Voici les points essentiels à connaître.

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

Les bilans de compétences sont réalisés par des organismes spécialisés. Menée par un consultant, l’évaluation de votre profil professionnel se déroule en 3 phases distinctes :

  • le consultant identifie vos besoins et vous présente la méthode qui permettra d’établir votre bilan de compétences,
  • et vos sées, afin d’envisager vos possibilités d’évolution professionnelle,
  • la dernière phase vous permet de préciser votre nouveau projet professionnel et de définir les différentes étapes de sa mise en œuvre.

Qui peut bénéficier d’un bilan de compétences ?

Le bilan de compétences s’adresse aux salariés éprouvant le besoin de faire le point sur leur situation professionnelle et de définir un nouveau projet. Pour en bénéficier, vous devez justifier :

  • d’une activité salariée d’au moins 5 ans (dont au moins 1 an dans votre entreprise actuelle) si vous êtes en contrat à durée indéterminée (CDI),
  • d’une activité salariée d’au moins 2 ans au cours des 5 dernières années (dont 4 mois au cours des 12 derniers mois) si vous êtes en contrat à durée déterminée (CDD).

Quelles sont les démarches à effectuer ?

Pour bénéficier d’un bilan de compétences, vous devez faire parvenir une demande écrite à votre employeur actuel, au moins 60 jours avant le début du bilan.

Le bilan de compétences peut également vous être proposé par votre employeur, dans le cadre d’un plan de formation. Dans ce cas, vous disposez d’un délai de 10 jours pour faire connaître votre décision.

Dossier mis à jour le 05/12/2012
 

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions