Afin d’éviter les pénalités qui accompagnent le retard dans l’envoi de votre déclaration, vous l’avez remplie un peu vite… Et une erreur s’était glissée dans vos calculs. Agissez rapidement : vous pouvez peut-être encore rectifier votre déclaration !

Quel délai pour agir ?

Que l’erreur soit en votre faveur ou votre défaveur, vous ne pourrez modifier votre déclaration de revenu qu’avant la date de mise en recouvrement de l’impôt.
Au-delà de cette échéance, vous devrez payer puis contester le montant de l’impôt. Avec, cette fois, un délai de presque 3 ans pour réagir.

Si vous avez rempli une déclaration papier

Vous avez renseigné une déclaration papier en 2 exemplaires ?
Pour signaler votre erreur, vous devez :

  • Vous procurer un formulaire vierge (le fameux document 2042). Pour cela, rendez-vous dans votre centre des impôts, ou téléchargez directement ce document sur le site, et imprimez-le.
  • Indiquez distinctement, sur la 1ère page, la mention « Déclaration rectificative ». N’hésitez pas à écrire grand, votre précision doit être visible !
  • Remplissez à nouveau votre déclaration dans sa totalité – et pas seulement le montant à rectifier.
  • Envoyez-la au plus vite au centre des impôts dont vous dépendez, avant la date de mise en recouvrement.

Si vous avez fait une télé-déclaration

Vous avez fait votre déclaration de revenus en ligne ?

Jusqu’au mois de juillet (la date précise change chaque année), vous pouvez :

  • Vous connecter à votre « compte fiscal en ligne  » grâce à votre identifiant et votre mot de passe.
  • Accéder à votre déclaration initiale, et la modifier.

À compter du jour de réception de votre avis d’imposition, et jusqu’à la fin du mois de novembre, un service de télécorrection est accessible en ligne, pour rectifier une déclaration erronée.

En revanche, dès le mois de décembre, il sera trop tard pour revenir sur votre déclaration : vous devrez alors contester le montant de l’impôt dû.

Dossier mis à jour le 31/07/2014

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.