En période d’incertitude économique, mettre de l'argent de côté est plus que jamais le réflexe à adopter. C’est la première étape d’une bonne stratégie d’épargne. Quelques conseils pour se constituer un filet de protection.

Un matelas de sécurité

La vie réserve parfois son lot de surprises. Le premier intérêt d’épargner est de pouvoir faire face à des besoins inattendus (panne de voiture ou d’ordinateur, frais dentaires ou d’hospitalisation à avancer…) et à des dépenses prévues dans quelques mois (voyages, impôts, études des enfants...), voire à passer le cap d’une période difficile (chômage de longue durée…) sans toucher à l’épargne placée à long terme et sans mettre en danger la situation financière de votre foyer. Cette épargne de précaution doit donc être disponible immédiatement.

Dans ce contexte, les livrets d’épargne rémunèreront votre épargne sans aucun risque de perte en capital, tout en vous laissant la possibilité de la récupérer à tout moment. De quoi allier disponibilité et rémunération.

Des français plus fourmis que cigales

C’est l’une des conséquences de la crise. Le bas de laine des Français a rarement été aussi rempli. Le taux d'épargne des ménages représentait en 2014 plus de 15 % du revenu disponible d’après l’INSEE.

Les livrets d'épargne

  • Les livrets règlementés

Ce sont les livrets A, livrets de développement durable, livrets d’épargne populaire, livrets Jeune.
C’est l’État qui fixe leurs conditions (bénéficiaires, taux de rémunération, plafond...). Leurs intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Vous ne pouvez détenir qu’un seul exemplaire de chacun de ces supports, tous établissements confondus.

Le livret A est accessible à tous, mais offre actuellement une très faible rentabilité.

D’autres supports s’adressent aux épargnants selon leur âge, leur situation et le montant qu’ils souhaitent thésauriser. Pour les jeunes de 12 à 25 ans, il existe des livrets spécifiques comme le livret jeune.

Le livret de développement durable (LDD) est pour sa part réservé aux résidents contribuables.

Le livret d’épargne populaire (LEP) à ceux dont l'impôt sur le revenu est faible ou nul.

 

  • Les autres livrets

Comptes sur livret ou livrets bancaires. Leurs règles sont fixées par la banque qui les propose. Leurs intérêts sont fiscalisés et soumis aux prélèvements sociaux. À la différence des livrets réglementés, vous pouvez détenir autant de livrets de ce type que vous le souhaitez.

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.