Se constituer une épargne pour faire face aux imprévus ou financer un besoin ponctuel est une démarche importante. Parmi les placements disponibles, l’assurance vie constitue une solution de choix. Comment en tirer le meilleur parti ? Les réponses de José Zaraya, P-DG d’Expert & Finance.

En quoi consiste exactement l’épargne de précaution ?

« L’épargne de précaution doit permettre de faire face à des aléas de la vie. De nombreux événements peuvent en effet mettre un foyer en difficulté : chômage, maladie, divorce, dépense imprévue…

L’épargne de précaution, qui représente au moins 10 à 15 % des revenus annuels, permet d’assumer les impacts directs et immédiats d’un tel événement.

Cette épargne doit être disponible immédiatement sans aucune pénalité.
A cette liquidité, doit s’associer une rentabilité aussi attractive que possible. Enfin, il faut commencer à constituer son épargne de précaution très tôt dès son entrée dans la vie active puis l’alimenter régulièrement. »

L’assurance vie répond-t-elle à ce besoin ?

« L’assurance vie est totalement adaptée, sous réserve d’investir sur le fonds en euros, car votre épargne est disponible à tout moment, sans rompre le contrat.
Elle est de plus particulièrement attractive fiscalement, notamment si vous conservez votre contrat au moins 8 ans. Après ce délai, les intérêts que vous toucherez jouiront en effet d’une exonération d’impôt sur le revenu*. »

 

* Sous réserve de ne pas dépasser les montants suivants :
• 9 200 € pour un couple soumis à imposition commune,
• 4 600 € pour une personne seule.
Au-delà de l’abattement, les plus-values seront imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu ou sur option, prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 %.
Hors prélèvements sociaux

Tous les placements peuvent-ils faire l’affaire ?

« D’autres placements, parfois plus performants que ne peut l’être l’assurance vie, se montrent moins adaptés à l’épargne de précaution. Les actions, par exemple, présentent une bonne liquidité. Toutefois, lorsque vous êtes contraint de vendre au plus vite, vous n’êtes pas à l’abri d’une mauvaise opération si les cours sont au plus bas. De son côté, l’immobilier, attractif fiscalement et peu volatile, n’est absolument pas liquide.
 

L’assurance vie a vu se réduire une partie de ses avantages fiscaux ces dernières années. Toutefois, elle conserve de beaux atouts pour votre épargne, en alliant optimisation fiscale et sécurité du placement, sous réserve d’être investi en totalité sur un fonds en euros. Elle permet ainsi d’investir auprès de compagnies sérieuses, de préserver votre capital de l’inflation et d’assurer toujours une belle rentabilité !

Puis-je utiliser mon épargne de précaution pour protéger mes proches ?

« Bien sûr, l’assurance vie permet de constituer un capital qui permettra aussi à vos proches de faire face en cas de décès. Vous pouvez aussi l’associer à une garantie de prévoyance. Cette garantie assure une protection immédiate, sans qu’il soit nécessaire d’accumuler un capital auparavant : elle est au cœur de toute stratégie patrimoniale ! »
 

Dossier mis à jour le 31/01/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions