etude_solidarite_france

Solidarité : à qui et combien les Français donnent-ils ?

D'après une étude (1) réalisée en début d’année, 58 % des Français se déclarent « donateurs ». Quelles sont les causes et les associations privilégiées ? Quelle est la fréquence et le montant des dons ? La crise a-t-elle affecté la générosité des Français ?

L’aide à l’enfance, une cause prioritaire

Selon une étude réalisée par TNS Sofres pour France Générosités, 58 % des Français déclarent faire régulièrement des dons à des organismes ou associations.

Quelles causes soutiennent-ils ? Lorsque l’on demande aux Français celles qui leur semblent prioritaires, ils citent en premier « l’aide et la protection de l’enfance » (15 % des réponses en premier choix). Viennent ensuite « la lutte contre l’exclusion et la pauvreté » (14 %), puis « le soutien à la recherche médicale » (12 %).

Un besoin de transparence et d’efficacité

Mais sur quels critères les Français de sélectionnent-ils l’association qu’ils vont aider ?

  • La cause bien sûr (55 % des réponses), avec une préférence pour celles dont ils se sentent plus proches : une jeune femme sera plus sensibilisée à la protection des enfants, les seniors au soutien à la recherche médicale ou à l’aide aux personnes âgées.
  • L’efficacité des actions menées par l’association (51 %).
  • La transparence financière de l’association ou l’organisme (44 %).

La caution apportée par le soutien d’une personnalité publique en revanche n’influence que peu le choix (2 % des réponses), tout comme les labels décernés aux associations (4 %).

Enfin, bonne nouvelle pour les associations : 62 % des Français font « tout à fait confiance » ou « plutôt confiance » aux organismes qui font appel à la générosité du public. Ils n’étaient que 56 % en 2011.

 

(1) Cette étude a été réalisée auprès d'un échantillon de 2.027 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, interrogé du 23 au 28 mars 2012

Dossier mis à jour le 22/10/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions