La navigation de plaisance est une excellente façon de profiter de l’été. À condition d’observer quelques règles de prudence élémentaires.

Une préparation méticuleuse

Avant de prendre la mer, pensez en premier lieu à consulter les conditions météorologiques locales, en contactant la capitainerie ou en consultant des sites spécialisés fiables (Météo Marine, Météo France…). Ecoutez et suivez scrupuleusement leurs conseils. 
Tenez-vous également au courant des horaires et coefficients de marée, vérifiez soigneusement l’état du navire (après hivernage notamment ou s’il s’agit d’une location) et informez une tierce personne de votre départ en mer.
Vous devez enfin connaître impérativement les règles de sécurité de base ainsi que la réglementation en matière d’équipements à bord, et vous y tenir en préparant méticuleusement votre expédition en bateau… Cela pourrait vous sauver la vie.

Un équipement complet et adapté

En fonction de votre zone de navigation (distance par rapport à la côte), vous devez disposer à bord du bateau d’un certain nombre d’équipements de sécurité.

A minima, pour la navigation basique (jusqu’à 2 milles nautiques d’un abri*), munissez-vous :

  • d’équipements individuels de flottabilité (gilets de sauvetage) adaptés à la morphologie des personnes à bord, toutefois inutiles s’ils ne sont pas portés…,
  • de dispositifs lumineux (lampe torche étanche, par exemple) à longue autonomie (6 h au moins),
  • de moyens mobiles de lutte contre l’incendie (au moins un extincteur),
  • d’un dispositif d’assèchement manuel (une écope),
  • d’un dispositif d’amarrage et de remorquage,
  • d’un moyen de remonter à bord une personne tombée à l’eau,
  • de l’annuaire des marées,
  • du pavillon national si vous vous rendez en dehors des eaux territoriales.

Le matériel prescrit par la réglementation constitue par ailleurs un minimum. Pensez à adapter votre équipement à votre navigation et à emporter tout ce qui pourrait vous être nécessaire : moyens radio VHF fiables, couteau, outils appropriés au bateau, gaffe, gants, batteries de rechange, couverture de survie isothermique, pièces de rechange (filtres à carburant, ampoules…), boisson, nourriture, pharmacie, etc.

Pour plus de prudence encore, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des administrations ad-hoc, telles que les capitaineries ou la SNSM, ou bien consultez le site du ministère.

* Endroit de la côte où l’embarcation et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant ou accostant et en repartir sans assistance.

Expérience, bons réflexes et comportement responsable

Avant de larguer les amarres, il est fortement conseillé d’embarquer plusieurs personnes expérimentées en matière de navigation, ayant les bons réflexes en cas d’incident et capables de ramener le bateau à bon port. Aussi, chacun doit savoir où se trouvent les équipements de sécurité et comment ils fonctionnent (radio, feux de détresse…).
Si des manœuvres délicates s’avèrent nécessaires, protégez les enfants ou les personnes âgées en les installant à l’intérieur.
Par ailleurs, restez à bord de votre bateau tant qu’il flotte. Ne l’abandonnez pas, car en cas de problème il se repère plus facilement qu’un homme seul en pleine mer.
Enfin, ne prenez pas la mer si vous vous sentez fatigué ou si vous avez consommé de l’alcool : vous êtes responsable de la sécurité des autres !

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.

Nos solutions