Une pension alimentaire peut être déduite de votre revenu imposable. Mais tout n’est pas si simple : il existe des conditions et des plafonnements. Explications.

La pension : déductible lorsqu’elle est obligatoire

Dans tous les cas, une pension ne sera déductible que si elle est versée à une personne vis-à-vis de laquelle vous avez une obligation alimentaire : un descendant, un ascendant, un ex-conjoint.
D’autres conditions existent, selon le lien de parenté avec le bénéficiaire de la pension.

La pension versée à un enfant mineur

Vous êtes divorcé ou séparé, et n’avez pas la garde du ou des enfants ? Vous pouvez déduire de votre revenu imposable le montant de la pension alimentaire fixée par le juge (ou en l’absence de jugement, le montant versé).

Si vous n’étiez pas marié avec l’autre parent, vous pourrez déduire la pension versée à condition :

  • d’avoir reconnu l’enfant,
  • d’être imposé séparément de l’autre parent,
  • de ne pas avoir la garde de l’enfant,
  • de pouvoir justifier ces versements.

La pension alimentaire versée à un enfant majeur

Vous aidez régulièrement votre enfant majeur ? Cette pension alimentaire est déductible si cet enfant a des ressources insuffisantes pour vivre, et dans une certaine limite annuelle :

  • 5 698 € pour un enfant majeur célibataire (11 396 € s’il a 1 ou plusieurs enfants à charge),
  • 5 698 € pour un enfant vivant en couple si les parents du conjoint ou partenaire de votre enfant versent également une pension (11 396 € si vous aidez seul le jeune couple).
 
Héberger un enfant majeur

Votre enfant majeur vit sous votre toit et n’a pas de ressources suffisantes ? Vous pouvez déduire forfaitairement 3 359 € par enfant (le double pour un enfant marié ou pacsé) et par an.
Vous pouvez également choisir de rattacher fiscalement votre enfant de moins de 21 ans (moins de 25 ans s’il poursuit ses études). Vous bénéficiez ainsi d’une demi-part supplémentaire s’il est célibataire, ou d’un abattement de 5 698 € par personne rattachée s’il est marié ou pacsé, avec ou sans enfant.

La pension versée à un parent

Vous avez pour obligation d’aider vos parents ou grands-parents incapables de subvenir à leurs besoins.

- Si ce parent vit sous votre toit, avec un revenu annuel inférieur à l'allocation de solidarité aux personnes âgées (8 907 € par an en 2011) :

  • vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 3 359,
  • si ce parent est titulaire d’une carte d’invalidité à 80 %, vous pouvez soit déduire une pension alimentaire, soit bénéficier d’une part supplémentaire.

- Si ce parent ne vit pas avec vous, vous pourrez déduire de vos revenus les dépenses engagées, à condition de les justifier (relevés bancaires où figurent les pensions versées, frais de maison de retraite, etc.).

Dossier mis à jour le 06/09/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.