La redevance télé est due par toute personne qui détenait au 1er janvier une télévision ou un équipement de même nature... Qui peut en être exonéré ? Le point.

Zoom sur la redevance télé

Aujourd'hui appelée contribution à l'audiovisuel public, la redevance est due par toute personne soumise à la taxe d’habitation et qui détenait, au 1er janvier 2012, une télévision ou un équipement de même nature, que ce soit dans sa résidence principale, secondaire ou au domicile d'un enfant majeur rattaché à son foyer fiscal.
Une seule taxe est due quel que soit le nombre de téléviseurs détenus.

Quels équipements sont concernés ?

Le poste de télévision bien sûr, mais aussi tout dispositif de réception assimilé comme les magnétoscopes, lecteurs de DVD ou vidéoprojecteurs équipés d'un tuner (outil permettant de capter les signaux de télévision). Seuls les ordinateurs munis d’une carte de télévision échappent à cette redevance.

Quel en est le montant ?

La redevance audiovisuelle est payée en même temps que la taxe d'habitation. En 2012, son montant s'élève à :

  • 125 € en France métropolitaine,
  • 80 € dans les départements d’outre-mer.  

Qui en est exonéré ?

Les personnes exonérées de taxe d’habitation ne payent pas la contribution à l’audiovisuel public.
Par ailleurs, si vous étiez exonéré de cet impôt avant la réforme de l’audiovisuel de 2005, vous continuez a en être exonéré si vous vous trouvez dans l’une de ces 2 situations.

  • Vous êtes âgé de 72 ans minimum et remplissez les 3 conditions suivantes :

- ne pas être imposable sur le revenu en 2011,
- occuper son habitation principale seul, avec son conjoint ou des personnes à charge,
- ne pas être soumis à l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) en 2011.

  • Vous êtes atteint d’un handicap ou avez à charge une personne handicapée, sous conditions de ressources notamment.

En savoir plus sur la contribution à l’audiovisuel public

Dossier mis en ligne le 26/10/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.