De nombreux sites proposent d’acheter des médicaments en ligne. Pourtant, cette pratique interdite en France vous expose à des risques non négligeables. Le point.

Vente de médicaments en ligne : état des lieux

En France, il est interdit de vendre des médicaments sur Internet.

En avril 2010 cependant, une consultation avait eu lieu entre le Ministère de la Santé et, notamment, l'Ordre des pharmaciens et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps, aujourd’hui l’agence nationale de sécurité du médicament, ANSM). L’objectif : aboutir à un projet de loi autorisant la vente sur internet de médicaments disponibles sans ordonnance et non remboursés par la Sécurité sociale.

Cette réforme, aujourd’hui au point mort, avait déjà soulevé de nombreuses craintes, liées notamment à l’essor de la contrefaçon de médicaments... En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de 50 % des médicaments commandés à des cyberpharmacies illégales sont contrefaits.

Qu’est-ce qu’un médicament contrefait ?

Selon l'OMS, il s’agit d’un médicament « étiqueté frauduleusement de manière délibérée pour en dissimuler la nature et/ou la source ». La contrefaçon concerne aussi bien les produits de marque que les médicaments génériques.
Les produits contrefaits peuvent :

  • contenir les bons ou les mauvais ingrédients,
  • ne pas contenir de principe actif,
  • contenir un principe actif en quantité insuffisante,
  • avoir un conditionnement qui a été falsifié.

Quels risques ?

En achetant un médicament sur internet, vous risquez d’acquérir des médicaments contrefaits ou falsifiés dont la qualité n’est pas garantie. De plus, sans le contrôle de votre médecin ou le conseil avisé d’un pharmacien, vous pourriez utiliser ces médicaments de manière inappropriée. 

En attendant l’évolution de la règlementation en France,  il est donc conseillé de privilégier les pharmacies d’officines pour acheter vos médicaments.

Et ailleurs en Europe ?

La plupart des autres pays européens autorisent la vente en ligne de médicaments disponibles sans ordonnance. Certains d’entre eux, comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Danemark, autorisent également la vente de médicaments soumis à prescription.

Toutefois, face à la prolifération de cyberpharmacies illégales, le Conseil de l’Europe a élaboré une convention internationale : Médicrime (pdf, 276 Ko). Elle criminalise la contrefaçon, mais aussi la fabrication et la distribution de produits médicaux mis sur le marché sans autorisation ou en violation des normes de sécurité.

Dossier mis en ligne le 07/09/2012

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.