Mille et une raisons peuvent pousser un associé à se retirer d’une Société Civile Immobilière (SCI) : besoin de liquidités, difficultés relationnelles avec ses partenaires, etc. Mais sortir d’une SCI est une opération plus complexe que sortir d’une indivision, préparez-vous !

Vendre ses parts sociales : pas si simple

La SCI est souvent considérée comme une structure idéale pour gérer en commun et transmettre un patrimoine immobilier.

Mais pour céder ses parts, il est impératif de connaître les règles ! Sachez tout d’abord que, si vous pouvez effectivement céder vos parts, la loi vous interdit d’en négocier la valeur. Pour les vendre, il faut que l’acheteur soit d’accord pour les acquérir au prix du marché, accepté par tous vos associés. Si ce n’est pas le cas, 2 possibilités :

  • soit faire jouer votre droit de retrait,
  • soit recourir à la dissolution judiciaire de la société.

Le droit de retrait

En tant qu’associé d’une SCI, vous pouvez exercer votre droit de retrait de 2 manières :

  • soit répondre aux conditions prévues par les statuts de la SCI dans ce cas de figure,
  • soit obtenir l’autorisation unanime de vos associés.

La dissolution judiciaire

Vous ne parvenez pas à exercer votre droit de retrait ? Adressez-vous au tribunal et demandez votre retrait de la SCI pour « justes motifs ».

Quels sont les motifs considérés comme justes ?

  • Un dividende faible distribué au regard de la valeur des parts.
  • Un refus systématique et non justifié de distribuer des dividendes.
  • La mise à l’écart de l’associé (aucune communication des comptes).

Sortir d’une SCI : quelles conséquences ?

À votre retrait, vous serez remboursé de la valeur de vos parts, fixée :

  • par les statuts,
  • ou, à défaut, d’un commun accord,
  • ou, à défaut, par un expert désigné par le juge.

À noter : les autorités fiscales prélèvent un droit de partage de 1,10 %.

Par ailleurs, le retrait d’un associé entraîne automatiquement une réduction du capital social qui doit être publiée.

En savoir plus sur les sociétés civiles immobilières

Dossier mis à jour le 27/08/2013

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.