Skip to main content

Commerces, restaurants : comment valoriser vos invendus alimentaires ?

Sur la planète, 1,3 milliards de tonnes de nourriture est jetée et perdue chaque année, soit un tiers des aliments produits. Quelles sont les pistes d’actions que votre commerce ou votre restaurant peut suivre pour un circuit alimentaire plus responsable ? Tour d’horizon de leviers accessibles, responsables et conformes à vos impératifs financiers.

Gaspillage alimentaire : un triple enjeu

En France, si l’on considère l’ensemble de la filière alimentaire, de la production à la consommation, 10 millions de tonnes de nourriture⁠1 sont gaspillées tous les ans, soit environ 150 kilos par habitant. Ces chiffres notables montrent l’ampleur du défi à relever. L’Agence de la transition écologique (ADEME)2 estime que le gaspillage alimentaire englobe en réalité trois enjeux :

  • un enjeu environnemental :
    En amont de chaque produit gaspillé, il y a ses coûts environnementaux induits par sa production, sa transformation, son emballage et son transport. Si bien que si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus grand pollueur du monde, derrière les États-Unis et la Chine.

  • un enjeu économique :
    En France, on estime que le gaspillage alimentaire représente une perte de 12 à 20 milliards d’euros par an.

  • un enjeu éthique et social : 
    En 2019, 690 millions de personnes ont souffert de la faim, un chiffre qui pourrait être amené à dépasser les 800 millions à cause de la pandémie. En France, une personne sur dix a du mal à se nourrir.

Des initiatives nationales contre le gaspillage alimentaire

Face à cette réalité, la France a lancé en 2013⁠3 un Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, avec un objectif ambitieux : réduire de moitié les pertes d’ici 2025. Le pays s’est également doté depuis 2016 d’une loi obligeant les enseignes de grande distribution à redistribuer leurs invendus alimentaires plutôt que de les jeter. Enfin, en 2020⁠4, la France a créé un label « anti-gaspillage alimentaire » pour valoriser les initiatives vertueuses en la matière.

Pour en savoir plus, découvrez notre article dédié.

5 pistes d’actions pour réduire le gaspillage de votre établissement

Comme de nombreux citoyens, vous êtes sensibilisé à l’importance de la lutte contre le gaspillage alimentaire mais ne savez pas comment agir ? Voici quelques pistes potentielles pour guider l’action de votre établissement.

1) Donner à des associations caritatives

Certaines associations sont en mesure de récupérer vos invendus, qui pourront être redistribués ou recyclés pour l’agriculture (nourriture animale, engrais…). Cette option demande une bonne organisation logistique car elles ne peuvent pas forcément gérer la totalité de votre flux, ne sont pas forcément disponibles au moment qui vous arrange pour la collecte, ne prennent pas forcément tous vos produits…

2) Se rapprocher d’enseignes écologiques anti-gaspi

Celles-ci rachètent les aliments rejetés par les circuits traditionnels (alors qu’ils sont parfaitement consommables) et les revendent à une fraction du prix. De telles enseignes existent désormais aux quatre coins du pays et le concept se développe rapidement.

3) Solliciter des « coachs anti-gaspi »

Ces entreprises peuvent vous accompagner sur le terrain, former vos équipes, vous aider à identifier en rayon les produits qui approchent de leur date limite de vente pour proposer des promotions (ce qu’on appelle le « sticking »).

4) Organiser des « happy hours »

Pour attirer les clients, les bars n’hésitent pas à organiser des « happy hours », c’est-à-dire des tranches horaires où certaines consommations sont à prix cassé. Une chaîne d’épiceries finlandaise a transposé l’idée : chaque jour, ses magasins font une happy hour pour brader les produits proches de leur date de péremption.⁠5

5) Nouer des partenariats avec des start-ups de la food tech

Il existe maintenant de nombreuses start-ups – la plus connue étant sans doute Too Good To Go – qui permettent, via une application, de récupérer des paniers d’invendus à prix cassés. C’est une situation gagnante pour tous : pour les consommateurs, qui peuvent ainsi se nourrir à petit prix, et pour les commerçants qui valorisent leurs invendus.
 
Quelle que soit la piste que vous choisissez, une chose est sûre : aujourd’hui, nombreuses sont les alternatives au gaspillage !
 
1et 2ademe.fr
3 lefigaro.fr 
4agriculture.gouv.fr 
5weforum.org

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.