Habillement : les Français sont prêts pour le commerce augmenté

 
06/12/2016

Cabines d'essayage virtuelles, miroirs interactifs… Traditionnellement avant-gardiste, le secteur de l'habillement semble prêt à accueillir la réalité augmentée.

commerces habillement, réalité augmentée

Retour sur une étude riche d'enseignements réalisée par l'Institut CSA pour le compte de l'organisme de crédit Oney.

Cumuler les avantages du e-commerce et du réseau physique

Mise à l'honneur mi-septembre à l'occasion de la Paris Retail Week, la réalité augmentée a désormais atteint un degré de maturité suffisant pour intégrer notre quotidien. Rendue possible par le taux d'équipement désormais très haut des consommateurs en smartphones et autres tablettes, elle ne se contente pas de révolutionner la chasse aux Pokemon, mais laisse aussi entrevoir des possibilités infinies dans le secteur du commerce.

Son objectif ? Offrir au consommateur une expérience d'achat toujours plus immersive, mêlant la disponibilité du e-commerce à la qualité de service de la vente en magasin. Un certain nombre de technologies sont déjà accessibles : alertes promotionnelles, applications mobile ou encore bornes interactives sur le lieu de vente, qui renseignent sur l'étendue de la gamme ou l'état des stocks. Précieux outils d'aide à la décision, visant à faciliter le parcours d'achat, des applications plus ambitieuses sont expérimentées dans certaines enseignes, comme la possibilité d'aménager de A à Z un espace virtuel identique à sa propre cuisine ou de tester "en situation dans son salon", tel ou tel modèle de meuble.

Faciliter et optimiser le parcours d'achat

Dans le secteur de la mode, parce l'impossibilité d'essayer un vêtement constitue toujours un frein, une vente sur six uniquement est réalisée en ligne. Selon la troisième édition de l'étude CSA/Oney portant sur le parcours d'achat dans l'habillement et les attentes des consommateurs, 53 % des Français déclarent continuer de privilégier le shopping en magasin. Une préférence à exploiter pour les détaillants, au moyen de services qui facilitent le parcours d'achat :

  • Des terminaux de paiement supprimant l'attente en caisse, souhaitée par 79 % des consommateurs, voire une solution de paiement sans contact à la sortie du magasin (40 % des CSP+).
  • Une procédure d'identification, par exemple au moyen de la carte de fidélité, pour faciliter le passage en caisse ou permettre un conseil basé sur les habitudes d'achat (72 %).
  • Des bornes connectées en rayon (65 %).
  • Des offres promotionnelles reçues via internet et utilisables en magasin (58 % des 18-25 ans).
  • Et même, pour neuf jeunes sur dix, la mise à disposition de jeux interactifs en cabine, permettant de gagner des points fidélité !

De l'essayage virtuel au magasin totalement automatisé

Si la plupart de ces souhaits sont réalisables aisément, de nombreux Français se déclarent prêts à repousser bien plus loin les frontières du commerce.

  • 61 % ne verraient aucune objection à "essayer virtuellement" des vêtements en les visualisant sur une silhouette possédant leur morphologie (la prise quasi instantanée de plus de 100 mesures a fait l'objet de tests chez Auchan, de même que, chez Carrefour, la création d'un avatar aux mensurations du client).
  • 51 % aimeraient se voir porter un vêtement sans l'essayer dans un miroir interactif (expérimenté notamment chez Carrefour avec la marque Tex).
  • 25 % se sentent prêts à accorder leur confiance à des vendeurs hologrammes pour les conseiller.
  • 47 % (dont 71 % des 18-24 ans) s'imaginent volontiers tester de futurs magasins entièrement automatisés.

Enfin, bien que trois Français sur quatre plébiscitent la solution "click and collect" (qui permet de retirer en magasin des achats effectués en ligne), 40 % préféreraient recevoir directement leurs vêtements chez eux, livrés par… un drone ! À bon entendeur…

Informations non contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. GENERALI ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.