Le commerce connecté : incontournable, mais pas parfait

 
09/02/2016
Le commerce connecté : incontournable, mais pas parfait

Pour près de 90 % des Français, la question ne se pose pas : en 2030, le numérique aura intégré tous les commerces.

Présence d’outils connectés dans les magasins, paiement dématérialisé sans passage obligé par la caisse… Si ces perspectives paraissent encore lointaines et théoriques aux seniors, elles sont jugées comme incontournables par la majorité des 18-35 ans.
 

 

Conséquence inévitable du développement du « tout digital », 70 % des personnes interrogées sont même convaincues que les commerces classiques seront moins nombreux dans quinze ans.
 

Des comportements variables selon le type d’achats

Les comportements d’achat resteront variables selon les secteurs. Ainsi, le bricolage et la bijouterie réaliseront, pour encore un certain temps, 75 % de leurs ventes en magasin. Dans d’autres domaines comme l’électroménager, un appareil sur deux sera, d’ici cinq ans, acheté en ligne.
 

Une nécessaire adaptation des points de vente

Si seulement 50 % des sondés voient les vendeurs évoluer vers un rôle de simple conseiller, il appartient aux commerçants d’intégrer dès aujourd’hui ces perspectives.  

  • En plaçant l’humain au cœur des échanges : améliorer la relation client, adjoindre à l’acte de vente une véritable expertise, développer sa notoriété en favorisant le retour d’expérience.
     
  • En mobilisant les différents canaux de vente. Car entre le « tout web » et l’achat exclusivement en magasin, une troisième voie, en plein essor, est plébiscitée par 40 % des consommateurs : le choix et la commande sur Internet ; et le retrait de la marchandise en point de vente. Une pratique qui laisse toute latitude aux commerçants de tisser des liens avec leurs clients.
     

Trouver le juste milieu

Le numérique présente de nombreux avantages, mais il est aussi vécu comme source de contraintes.

  • Deux sondés sur trois se déclarent réticents à l’idée que les vendeurs aient accès à leur profil et jugent globalement cette démarche intrusive, même si elle peut rendre des services.
     
  • Si 51 % des personnes interrogées trouvent pratique de recevoir sur leur Smartphone des notifications promotionnelles à l’intérieur du magasin, elles ne sont plus que 45 % à adhérer à ce principe lorsqu’elles se trouvent simplement à proximité du point de vente.
     
  • Près de 60 % des consommateurs jugent inutiles les systèmes de localisation permettant de se repérer une fois sur place.
     
  • Ils sont 75 %, toutes catégories d’âges confondues, à refuser que leurs données personnelles soient utilisées pour leur proposer des offres ciblées en fonction de leurs centres d’intérêt ou de leurs habitudes de consommation.

 

Au commerçant, donc, d’être présent sans en faire trop, de proposer sans imposer… en un mot, d’être professionnel !

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.