Le portage salarial, un tremplin pour les entrepreneurs

06/09/2018
Apparu en France dans les années 1980, le portage salarial, reconnu comme « innovant » est en forte croissance depuis les années 2000 (+40 % depuis 2014) et concerne déjà près de 70 000 experts par an1. Face à un monde
du travail en profonde évolution, les professionnels aspirent à la « flexi-sécurité » afin de répondre aux attentes
du marché et aux exigences des donneurs d’ordre. Or le portage salarial permet de bénéficier de la sécurité
et de la protection sociale tout en conservant ​son autonomie dans les actions commerciales et la réalisation
de ses missions.
Le portage salarial, un tremplin pour les entrepreneurs

Une solution adaptée à de nombreux profils 

 
Le portage salarial peut correspondre à de multiples projets : tremplin vers la création d’entreprise afin de tester
son marché, solution ponctuelle afin de trouver un emploi​​
chez un de ses clients, mode de vie pour conjuguer vie professionnelle et privée. S’il est particulièrement adapté
aux missions de consultant, formateur et expert, le portage salarial s’adresse à de multiples profils, et à des fonctions variées.
 
 
 
Représentant plus de 750 métiers, le portage salarial regroupe trois grands domaines :
- les prestations intellectuelles (conseil, audit, ingénieur, informatique, formation, santé...) ;
- les prestations commerciales (vente, gestion...) ;
- les prestations artisanales.
 
Ce concept comporte cependant une limite ; le porté ne peut pas facturer de missions dans le domaine
du service à la personne.
Si vous avez un domaine d’expertise et l’envie d’entreprendre à votre rythme sans renoncer à vos acquis sociaux,
le portage est une opportunité idéale.

De nombreux avantages : un statut protecteur

Alliant les avantages du salariat et la liberté d’entreprendre, le portage salarial permet à un professionnel autonome de confier à une structure (EPS2) la facturation et la gestion administrative des missions ou des prestations qu’il effectue auprès d’un client qu’il a lui-même trouvé . Ainsi, le professionnel « porté » peut se consacrer exclusivement
à son métier, déchargé des charges administratives et financières (comptables, fiscales, sociales...) inhérentes au statut d’indépendant.
En bénéficiant du statut de salarié, le porté continue de bénéficier du régime général, de l’assurance chômage
et d’une couverture sociale complète (mutuelle complémentaire, prévoyance retraite). De plus, il est couvert
​par une assurance responsabilité civile. En transformant ses honoraires en salaires, l’indépendant a également
​la garantie​ ​de recevoir un salaire chaque mois en période de mission, et ne prend aucun risque pour ses biens personnels ou son patrimoine. Enfin, le porté peut bénéficier de la formation continue de la société de portage,
ainsi que d’autres avantages comme par exemple un comité d’entreprise (réduction auprès de prestataires,
clubs de sport...)

Une relation tripartite

Le portage salarial met en relation 3 acteurs :
- le client (entreprise, administration, collectivité, association, particulier)
- le consultant (expert, formateur...)
- la société de portage salarial.
 
Le porté devient salarié de la société de portage salarial en signant un contrat de travail avec celle-ci. Il est autonome dans sa prospection, sa négociation et la réalisation de ses missions. Il facture ses clients
via la société de portage, qui lui reverse son chiffre d’affaires sous forme de salaire et de frais. La société de portage,
clé de voûte de cette relation, signe donc simultanément un contrat de prestation avec le client du porté et
un contrat de travail avec le porté.

Quel coût ?

La rémunération est calculée en fonction du chiffre d’affaires du porté. Chaque mois, la société de portage salarial
​ lui verse un salaire en s’acquittant des charges (URSSAF, retraite, prévoyance, etc.) et lui remet un bulletin de paie. Ainsi, le porté a déjà cotisé pour sa couverture sociale et perçoit un net à payer équivalent à 50 % environ
de son chiffre d’affaires. Ce net à payer peut être plus important s’il a des frais (déplacements, achats...).
N’hésitez pas à consulter plusieurs entreprises de portage afin de comparer la commission commerciale
que celles-ci prélèvent, ainsi que les services correspondants (formation, réponses appel d’offres...).
Et vérifiez comme tout salarié les différents prélèvements sur votre fiche de paie !
 
 
1 Source PEPS (Passion Enseignement et Pédagogie dans le Supérieur) 2017
2 Entreprise de Portage Salarial
 
 
Sources

Informations non-contractuelles, données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d'un préjudice d'aucune nature lié aux informations fournies.