Les ICO : une nouvelle façon de faire des levées de fonds

30/10/2018

Les ICO (Initial Coin Offering) ont le vent en poupe. Près de 6,3 milliards de dollars ont déjà été levés cette année à travers cette méthode de financement, soit 90 fois plus qu’en 2016 ! Mais si les ICO présentent bien des avantages pour les start-ups en quête de fonds, et pour les investisseurs qui souhaitent un retour sur investissement élevé, elles demeurent extrêmement risquées.

Nouvelle façon levée de fonds

ICO : une manne pour les start-ups de la blockchain

L’ICO est une petite révolution dans l’univers des levées de fonds, car elle offre aux start-ups de l’univers de la blockchain le potentiel de lever très rapidement des sommes astronomiques. En décembre 2017, la start-up SingularityNet a ainsi récolté 36 millions de dollars en l’espace d’une minute ! Le record du montant recueilli est détenu par la plateforme EOS, qui a levé plus de 4 milliards de dollars.

Comment fonctionne une ICO ? 

Auparavant, une start-up qui souhaitait trouver du financement devait identifier puis parvenir à convaincre des fonds d’investissement du potentiel de leur projet ou de leur produit. Une tâche ardue et extrêmement chronophage qui demandait un business plan en béton, un solide réseau, un projet concret et détaillé… 

L’ICO leur simplifie grandement la tâche. C’est une méthode de financement participative, ouverte au public et basée sur la technologie blockchain, qui permet aux start-up de lever des fonds de manière bien plus simple qu’auparavant. Et bien plus en amont, parfois même alors que le projet n’en est qu’au stade de l’idée ! Lors de l’ICO, la start-up propose aux investisseurs d’acheter des actifs numériques, le plus souvent en cryptomonnaies. Ces actifs numériques sont appelés tokens.

Les tokens ne sont pas des actions de l’entreprise, c’est une façon de prépayer le service ou le produit qui va être développé. Le nombre de tokens mis en circulation et leur valeur sont laissés à la discrétion de la start-up. La grande majorité des ICO utilisent des tokens basés sur le standard ERC20, lié à la blockchain Ethereum. 

Un jeu risqué pour les investisseurs

Côté investissement, une ICO peut rapporter gros mais les risques de voir votre projet ainsi que l’argent des investisseurs disparaître sont également très élevés. Près de la moitié des ICO menées en 2017 ont échoué, ce qui représente plus de 233 millions de dollars partis en fumée.

De nombreux experts de ce nouveau marché restent d’ailleurs très critiques envers les ICO : Vitalik Butherin, par exemple, co-fondateur d’Ethereum, maintient que la quasi-totalité des ICO sont vouées à l’échec. « C’est un fait établi : 90 % des startups échouent. Ce devrait également être un fait établi que 90 % de ces ERC20 sur CoinMarketCap vont atteindre le niveau zéro », a-t-il déclaré. Pire, la relative facilité de lever des fonds via ICO par rapport à des moyens de financement traditionnels attire nombre d’arnaqueurs. Une étude américaine Statis Group parue en juillet a même conclu que 81 % des ICO tenues depuis 2017 étaient des arnaques !

Ces risques, les investisseurs en sont aujourd’hui tout à fait conscients. Ils seront donc particulièrement attentifs aux indices qui caractérisent votre projet : est-il sérieux ? est-il prometteur ? qui le dirige ? Une série de questions à laquelle vous pouvez répondre au travers de plusieurs outils.

Comment séduire les investisseurs

ICO, blockchain et cryptomonnaies sont toutes trois étroitement liées, et l’engouement à leur sujet a donc des allures de ruée vers l’or. Certains experts affirment même qu’une bulle spéculative est en train de se former. Cette prévision, hypothétique et souvent contestée, aiguise encore un peu plus l’attention des investisseurs sur le sérieux des ICO naissants.

Comment,donc, mettre toutes les chances de votre côté pour que votre ICO soit un succès ? Avant son lancement, vous devez décrire votre projet dans un document de référence : le livre blanc. S’il n’y a pas de règles sur la longueur ou la teneur du contenu de ce document, il est toutefois impératif qu’il soit le plus clair et détaillé possible, car c’est lui qui devra convaincre les investisseurs. 

Le site cointelegraph.com (site de référence pour la capitalisation boursière des cryptomonnaies)  propose différents points pour vous aider à démontrer le sérieux de votre projet.

  1. Soyez très rigoureux dans la rédaction de votre livre blanc. Le concept doit être expliqué clairement.
  2. Communiquez avant tout sur le besoin auquel répond votre produit. En quoi est-il commercialement intéressant ?
  3. Si votre start-up fait appel à un prestataire reconnu pour gérer les fonds de l’ICO, cela apportera aux investisseurs un degré de protection supplémentaire.
  4. Attirez l’attention des entreprises de notation sur votre ICO. Si votre ICO est bien noté, cela assurera aux investisseurs que votre projet n’est pas une arnaque.
  5. Une fois l’ICO lancé, la connaissance du client devient essentielle. Puisque les échanges de tokens et cryptomonnaies se font dans la blockchain où les informations sont anonymisées et cryptées, il est essentiel de connaître précisément l’origine des fonds récoltés. Lutte contre le blanchiment d’argent oblige.

 

Sources :

Information non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.