E-commerce : les TPE prêtes à se lancer ?

 
15/11/2010

Selon le " baromètre e-Commerce des petites entreprises ", plus d'un tiers des commerçants traditionnels ont déjà adopté Internet. Si les autres se montrent frileux à l'égard du e-commerce, les avantages offerts par le développement d'un site marchand sont pourtant loin d'être négligeables. Zoom sur une tendance. 

e-commerce
Internet et TPE : état des lieux
Réalisé en juin 2010, le « Baromètre E-Commerce des Petites Entreprises PriceMinister/La Poste » est une étude conduite par OpinionWay auprès d'un échantillon de 500 entreprises de moins de 50 salariés dans les secteurs du « commerce » et de l'« industrie de biens de consommation ». Objectif : décrypter les pratiques, les freins et les motivations des petites entreprises traditionnelles de commerce en matière d'Internet.
 
Avec 25 millions de Français e-consommateurs selon la fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD), Internet représente une réserve importante de croissance pour les 850 000 petites entreprises commerçantes. Pourtant, l'étude révèle que seul un tiers des commerçants a créé son site Internet.
 
De même, si le rythme de création s'est accéléré les trois dernières années (+ 13 % en 2008 et + 18 % en 2009), les détenteurs d'un site se limitent encore à une utilisation sommaire d'Internet et de ses techniques marketing et commerciales :
  • 51 % ont recours au référencement naturel
  • 43 % à l'optimisation de leurs pages produits
  • moins de 20 % au marketing direct (e-mailing, newsletter) ou au référencement payant, à l'affiliation ou à l'achat de bannières.
 
Quels sont les principaux freins?
Malgré le potentiel offert, l'enquête fait état de plusieurs freins à la mise en ligne d'un site de e-commerce. Ainsi, parmi les entreprises interrogées :
  • 72 % considèrent que le coût d'un tel projet constitue un obstacle majeur. Elles estiment à 2000 € HT la création d'un site Internet et à plus de 1800 € son fonctionnement annuel.
  • 58 % pointent également du doigt le besoin de compétences en interne (ou la nécessité de recruter et/ou de former), la complexité des solutions informatiques, de la gestion des clients et du SAV et, enfin, la difficulté d'être visible sur la toile.
 
Internet : quels bénéfices à attendre pour une TPE ?
Pour autant, les entreprises qui ont sauté le pas font part de réelles retombées. Ainsi, selon le baromètre, 60 % d'entre elles ont vu leur chiffre d'affaires augmenter et 40 % ont pu développer la vente de leurs produits ou services à l'étranger.
 
La mise en ligne d'un site marchant offre en effet un certain nombre d'avantages :
-   la possibilité de s'affranchir des frontières spatiales et temporelles ; la clientèle s'élargit voire s'internationalise et peut acheter 24/24h ;
-   une meilleure connaissance des clients et de leurs besoins grâce au suivi du comportement en ligne ;
-   la consolidation de la relation client grâce à l'utilisation d'e-mailing personnalisé ou de newsletters pour l'informer de promotions ou des nouveautés ;
-   la génération d'un nouveau trafic au sein du magasin ; les internautes peuvent découvrir la boutique en surfant sur le web et se rendre ensuite sur place.
 
Comment se lancer dans le e-commerce ?
Plusieurs grands salons sont organisés chaque année.
 
En septembre dernier, les professionnels du secteur ont accueilli les entrepreneurs et commerçants intéressés par la vente à distance à l'occasion du Salon e-commerce à la porte de Versailles. Rendez-vous est déjà pris les 13, 14 et 15 septembre 2011.
 
Du 19 au 21 octobre prochain, le salon VAD e-commerce réunira également à Lille de nombreux prestataires et experts en plateformes e-commerce, paiements sécurisés, performance marketing, référencement, offre export, etc. Au programme : conférences, master class et ateliers.
 
 
En savoir plus

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.