2017 : les perspectives d’embauche au plus haut depuis 2002

 
30/06/2017

Près de deux millions de projets d’embauche, une hausse sensible dans quasiment tous les secteurs d’activité… les perspectives de recrutement des entreprises françaises atteignent leur meilleur niveau depuis 2002. Retour sur le bilan annuel réalisé par Pôle Emploi en collaboration avec le Credoc.

2017 - Perspectives d’embauche au plus haut depuis 2002

Une hausse de 8,2 % par rapport à 2016

Chaque année, Pôle Emploi adresse un questionnaire à plus de 1,6 million d’entreprises afin d’anticiper au mieux leurs besoins en recrutement. Dans la mesure où, en moyenne, huit projets sur dix se concrétisent, les données recueillies auprès des 435 000 répondants donnent une vision détaillée du paysage de l’emploi en France, par secteur d’activité et par région.

Après une décennie en demi-teinte, marquée par la crise et les difficultés économiques, 2016 signait déjà une embellie significative, avec des perspectives d’embauche en hausse de plus de 5 % par rapport à l’année précédente.

Pour 2017, la tendance fait plus que se confirmer. L’étude préfigure le chiffre record de 1 975 500 intentions de recrutement, soit 8,2 % (ou 150 000) de plus qu’en 2016. 42 % seulement sont des emplois temporaires. Les perspectives d’embauche pour des contrats non saisonniers progressent de 10 % et concernent, pour les deux tiers, des contrats à durée indéterminée ; le tiers restant regroupe des CDD d’une durée minimale de six mois. Rhône-Alpes, PACA, Nouvelle Aquitaine et bien sûr Île-de-France : sans surprise, c’est des bassins d’emploi les plus denses qu’émane la plus forte demande.

60 % des perspectives d’embauche relèvent des services

Salariés agricoles, agents d’entretien, manutentionnaires, employés de la restauration, aides à domicile, aides-soignants, mais aussi ingénieurs et attachés commerciaux… les métiers les plus recherchés varient peu d’une année sur l’autre. Le secteur des services continue d’avoir le vent en poupe : 60 % des perspectives d’embauche en relèvent, les services aux particuliers progressant de 5,7 % et ceux aux entreprises de 9,3 %. Le commerce (12, 2 %) et l’agriculture (10,4 %) complètent le podium.

La tendance est favorable dans la quasi-totalité des secteurs. Après une progression de 12 % en 2016, la construction augmente encore de 22,5 % cette année. Et dans l’industrie, où l’embellie restait timide en 2016 (+2 %), 8,7 % d’embauches supplémentaires sont attendues pour 2017.

Les TPE, principal moteur

Si un recrutement attendu sur deux doit permettre d’absorber un surcroît temporaire d’activité, un gros tiers correspond à une création de poste ou au remplacement d’un salarié sur le départ. Particulièrement actives, les TPE concentrent la moitié des projets d’embauche, et c’est du côté des plus petites structures (un à quatre salariés) que la progression est la plus forte (+14 %).

Conséquence de cette embellie, les entrepreneurs prévoient aussi une hausse des difficultés à recruter une main-d’œuvre qualifiée – un problème de plus en plus présent en France – et présumée peu mobile sur le plan géographique. L’année s’annonce donc particulièrement propice pour les régleurs, couvreurs, carrossiers automobiles ou vétérinaires désireux de changer d’horizon.

Consulter l’étude de Pôle Emploi

Informations non contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. GENERALI ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.