Afin d’obtenir les financements qui vous permettront de créer ou de reprendre une entreprise, vous devez élaborer un business plan destiné aux banquiers et aux investisseurs.
Vous y présenterez votre projet, toutes les personnes qui y seront associées, les produits que vous souhaitez vendre et la façon dont vous pensez les commercialiser.

Qu’est-ce qu’un business plan ?

Réalisé dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise, le business plan est un dossier qui aborde en détail toutes les composantes du projet (activité, produits ou services proposés, marché, chiffre d’affaires envisagé, besoins financiers, plan de communication, etc.).

Il s’agit d’une véritable « bible » pour toute création d’entreprise.

À quoi sert-il précisément ?

Le business plan a une double finalité :

  • permettre au créateur ou au repreneur de l’entreprise d’avoir une vision précise de son projet ;
  • convaincre des investisseurs et/ou des banquiers de participer au financement. Le business plan doit leur permettre d’estimer la viabilité du projet et d’évaluer le risque financier associé.

Quels éléments doivent figurer dans un business plan ?

Le business plan compte en général entre 40 et 50 pages. Un résumé de quelques dizaines de lignes en début de document doit donner les grandes caractéristiques du projet. Il faut notamment y décrire :

  • les futurs associés ;
  • les produits ou services qui seront vendus ;
  • le secteur d’activité et l'état du marché ;
  • les financements déjà à disposition et ceux envisagés.

Une synthèse de 3 ou 4 pages peut être jointe au dossier principal.

Plusieurs parties doivent ensuite figurer dans le business plan.

La liste des associés

Chacun des associés prenant part au projet doit être présenté en détail :

  • état civil incluant la situation personnelle (marié ou non, enfants à charge, etc.) ;
  • régime matrimonial (préciser s’il y a un contrat de mariage) ;
  • diplômes obtenus ;
  • expérience professionnelle ;
  • poste occupé dans la future société ;
  • revenus actuels (salaires, rentes, autres recettes, etc.).

L'équipe

​Vous devez présenter vos collaborateurs, en insistant sur :

  • les formations et les compétences en rapport avec votre projet ;
  • les expériences antérieures valorisables ;
  • les résultats obtenus par le ou les hommes clés ;
  • la fonction de chacun dans l'entreprise.

La forme juridique de la société

Au-delà du statut choisi (SARL, SAS, SCA, etc.), il s’agit également de préciser la répartition du capital entre les associés. On parle de parts pour les sociétés de personnes, ou bien d’actions pour les sociétés par actions.

Le type de produits ou de services commercialisés

C’est l’une des parties les plus importantes du business plan. Elle doit expliquer dans le détail ce que vous souhaitez vendre et comment. Il faut ainsi présenter :

  • le produit ou service proposé ;
  • les fonctionnalités associées ;
  • la valeur ajoutée de votre offre : gain de temps, économie d’argent, potentiel innovant, etc. ;
  • les canaux de vente (en magasin propre, en franchise, à distance, sur les marchés, etc.) ;
  • le coût de revient unitaire et le prix de vente HT.

L’étude de marché

Ce volet du business plan aborde très concrètement le projet dans son environnement économique.
Vous devez commencer par présenter le marché sur lequel votre produit ou service sera vendu :

  • le nombre de biens ou de services vendus chaque année ;
  • le potentiel du secteur et les tendances observées (marché à la hausse, à la baisse, en stagnation) ;
  • la réglementation qui encadre le secteur ;
  • les parts de marchés que vous estimez gagner.

Ensuite, vous devez définir la typologie de vos clients :

  • à qui comptez-vous vendre : des particuliers ou des professionnels ?
  • Où habitent-ils et où travaillent-ils ?
  • Que consomment-ils, quand et comment ?

Enfin, l’étude de marché doit dresser un panorama complet de la concurrence :

  • que vendent vos concurrents ?
  • À quel(s) prix ?
  • Où sont-ils implantés ?
  • Qui sont leurs clients et leurs fournisseurs ?
  • Quelle est leur réputation ?

La stratégie déployée (marketing, publicité)

Avoir une bonne idée de produit ou de service ne suffit pas toujours à vendre. C’est pourquoi il est indispensable de prévoir un plan d’action pour promouvoir votre offre.
En termes de stratégie commerciale, vous pouvez :

  • organiser des dégustations, des démonstrations ou des journées portes ouvertes ;
  • participer à des salons, des foires, etc.

Vous devez également concevoir une stratégie de prospection (par téléphone, par mail ou grâce au porte-à-porte).
Vous pouvez également, en fonction de vos moyens, faire de la publicité localement (radio, presse, cinéma) ou sur le Web grâce à un site Internet (site vitrine ou commercial).

Le projet de développement à moyen et long terme

Après la présentation du plan de lancement de l’activité, il faut aborder l’avenir à court et moyen termes :

  • les futurs recrutements ;
  • la réorganisation de l’entreprise (nouveaux associés, augmentation du capital) ;
  • la diversification de l’offre ;
  • l’amélioration des produits ou services (en fonction des retours clients ou de l’évolution du marché) ;
  • la mise au point de nouveaux procédés ;
  • l’achat d’autres locaux commerciaux, d’entrepôts, etc.

Le dossier financier

C’est bien entendu la partie cruciale pour convaincre les banquiers et les investisseurs. Elle doit inclure tous vos besoins :

  • achat de matériel, véhicule ou encore fonds de commerce ;
  • prix du bail commercial ou professionnel ;
  • frais de constitution et de conseil (recours à un avocat et/ou à un expert-comptable) ;
  • travaux d’extension ou de rénovation ;
  • achat du stock ;
  • besoin en fonds de roulement (BFR) ;
  • la valeur de l’entreprise et le montant des actifs à reprendre en cas de reprise d’entreprise.

Les apports personnels du chef d’entreprise (en nature ou en numéraire) y apparaissent également :

  • économies injectées dans le projet ;
  • emprunts bancaires et/ou prêts d’honneur déjà obtenus ;
  • subventions éventuelles ;
  • local, véhicule, matériel informatique, etc.

Le dossier financier doit enfin contenir un volet prévisionnel sur trois ans, qui précise :

  • le chiffre d’affaires attendu et le seuil de rentabilité ;
  • les liquidités et la capacité d’autofinancement dégagées chaque année ;
  • la répartition des bénéfices.

Qui peut vous accompagner ?

De nombreux sites Internet et différents partenaires institutionnels locaux, régionaux ou nationaux proposent des conseils et un accompagnement pour élaborer son business plan. Parmi eux :

 

NOUVEAU : Generali vous propose un accompagnement gratuit et une offre d'assurances dédiés aux porteurs de projet :

 En savoir plus sur les assurances pour les créateurs ou repreneurs d'entreprise

 

Mis à jour le 01/08/2016

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.