Première étape avant de reprendre une entreprise : l'évaluer. Un travail délicat et gourmand en temps mais qui vous sera bien utile ensuite lors de la négociation avec le vendeur et les banques.

Diagnostiquer les moyens de l'entreprise

L'immobilier et l'implantation de l'entreprise

Analysez l'emplacement, les possibilités de stationnement (pour les commerces notamment), l'état des locaux et les travaux à prévoir, les possibilités d'extension, de stockage, etc...

 

Les outils de travail de l'entreprise

Faites l'inventaire du matériel et des équipements, vérifiez la conformité aux normes d'hygiène et de sécurité des installations électriques, contrôlez l'état des machines.

 

Les stocks de l'entreprise

Le vendeur aura tout intérêt à ne prendre en considération que la valeur historique (et donc comptable) des stocks. Mais attention : cette approche surévalue le prix de l'entreprise. Un stock coûte cher soit parce qu'il est obsolète, soit parce qu'il suppose des crédits fournisseurs, l'engagement de fonds propres ou qu'il exige du temps pour être écoulé.

 

Les moyens humains

Cette étape est délicate : l'entreprise pourra-t-elle se passer de son chef, voire de certains de ses salariés qui risquent de le suivre ? Autre point à regarder de près : la force de vente. Un mauvais vendeur, ou une force de vente inadaptée représente un risque très important pour une entreprise.

Diagnostiquer l'activité

Le potentiel du marché sur lequel évolue l'entreprise

Il s'agit-il d'un marché en expansion ou d'un marché vieillissant ? Y-a-t-il des risques de nouveaux entrants ? Y-a-t-il des risques d'évolutions règlementaires ?

 

La compétitivité de l'entreprise sur son marché

Quel est son chiffre d'affaires, son évolution, sa répartition par client et par produit sur plusieurs années ? La concentration de la clientèle, sa fidélité et le rythme de son renouvellement sont aussi des critères d'évaluation importants (que les banques examinent toujours !).

 

Les produits ou services

Quels sont les produits phares, ceux qui se vendent bien et contribuent fortement à la marge bénéficiaire, quels sont les prix pratiqués ? Quels sont les réseaux de distribution, quel est et leur coût et sont-ils bien adaptés à la clientèle ciblée et aux contraintes de l'entreprise ?

Diagnostiquer la rentabilité de l'entreprise

La rentabilité de l'entreprise sur les trois dernières années

Comparez l'évolution des ventes ou de la production à l'évolution des différents postes de charges, et identifiez ainsi les postes de charges trop lourds pour prévoir des actions correctives. Vous repérez aussi les plus gros contributeurs à la rentabilité de l'entreprise.

 

Le "point mort prévisionnel"

C'est le chiffre d'affaires à réaliser pour que l'entreprise équilibre ses charges avec ses profits.

 

Les besoins en fonds de roulement

Ils se traduisent par les besoins de trésorerie quotidiens, comme les délais de paiement (que les banquiers n'aiment pas financer !)

Le diagnostic juridique

Le non respect de certaines obligations juridiques peut avoir des conséquences graves pour l'entreprise. Mais cette étape est délicate et l'assistance d'un conseil est recommandée.

Ce qu'il faut examiner de près :

  • les contrats de location (conditions de réévaluation du loyer, obligations contractuelles en matière de travaux ?)
  • les contrats d'assurances (quels sont les risques non couverts ?)
  • les titres de propriété
  • les contrats conclus avec les clients, fournisseurs, sous-traitants et leurs conditions de résiliation ou de renégociation
  • les difficultés, litiges et procès en cours ou prévisibles
  • les obligations sociales et fiscales (date du dernier contrôle fiscal?)
  • les cautions et garanties
  • les conditions bancaires et les contrats des crédits en cours

 

NOUVEAU : Generali vous propose un accompagnement gratuit et une offre d'assurances dédiés aux porteurs de projet :

 Découvrir les assurances pour les repreneurs d'entreprise

 

Mis en ligne le 14/01/2010

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.