Skip to main content

Cambriolage : comment réduire les risques pour mon cabinet médical ?

Les cabinets médicaux ne sont pas à l’abri des cambriolages, vols et tentatives de vols. Ceux-ci peuvent être le fait de cambrioleurs, mais attention aussi à ceux commis par des patients (dans la salle d’attente ou dans le cabinet). Découvrez quels objets suscitent le plus de convoitises et les différentes solutions pour vous protéger.

2020-06/Chiffre-cle-cambriolages-cabinets-medicaux.png

 

Quels sont les objets les plus prisés par les cambrioleurs ?

En tête de liste des objets les plus convoités par les voleurs figurent les ordonnanciers (8 % des incidents déclarés par les médecins). L’enquête du Ceip (Centre d’évaluation et d’information de la pharmacodépendance) a permis de repérer 1 950 fausses ordonnances en circulation en 2018.

Les malfaiteurs peuvent aussi se montrer intéressés par les tampons professionnels, le petit matériel médical (notamment les masques chirurgicaux, les stéthoscopes, les balances de précision, les médicaments…), le matériel informatique, les dossiers médicaux sans oublier l’argent et les cartes de crédit.

Comment améliorer la sécurité de votre cabinet ?

Quelques bons réflexes permettent de limiter les risques.

1. Pensez à sécuriser les différentes issues de votre cabinet. Commencez par identifier les ses points faibles de votre local, puis adoptez les solutions les plus efficaces :

  • un système de fermeture équipé de clés de sûreté certifiées ;
  • une porte blindée ;
  • des vitrages anti-effractions ;
  • un système d’ouverture à distance pour mieux contrôler les entrées et les sorties (interphone ou visiophone, verrou motorisé…) ;
  • des caméras couvrant l’entrée et/ou la salle d’attente ;
  • un système d’alarme et/ou de télésurveillance.

2. Au quotidien, adoptez quelques gestes de prévention incontournables.

  • Évitez de manipuler de l’argent devant vos patients.
  • Ne conservez pas de grosses sommes en liquide à votre cabinet.
  • Déposez régulièrement vos recettes à la banque, en variant vos horaires et itinéraires.
  • Rangez soigneusement votre ordonnancier, le petit matériel médical ainsi que les médicaments et les dossiers médicaux dans des placards dédiés, fermés à clé et invisibles (évitez les étiquettes sur les tiroirs, ainsi que les vitrines).
  • Faites des sauvegardes régulières de vos dossiers informatiques.

3. Restez vigilant afin de repérer rapidement toute présence ou comportement suspect. Sensibilisez votre personnel (secrétaire, femme de ménage...) ainsi que votre voisinage, si vous êtes en copropriété, aux règles de sécurité.

4. Si vous êtes absent du cabinet pendant plusieurs jours ou semaines : 

  • Signalez-le à la police ou à la gendarmerie afin qu’ils réalisent des patrouilles régulières (dans le cadre de l’opération tranquillité vacances).
  • Évitez de laisser un message écrit ou téléphonique informant de votre absence, prévenez vos patients oralement, et faites transférer la ligne sur un service de secrétariat.
  • Enfin, faites suivre votre courrier ou demandez à un voisin de le récupérer.

Malgré toutes ces précautions, le risque de cambriolage existe. D’où l’importance d’une bonne assurance pour vous couvrir en cas de problème. 

Sources :
1Observatoire de la sécurité des médecins, chiffres 2018.

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.