Skip to main content
Accidents du travail dans le BTP : quelles aides pour prévenir et agir ?

Accidents du travail dans le BTP : quelles aides pour prévenir et agir ?

Même si, selon l’assurance maladie, le nombre d’accidents du travail a baissé de 3,1 % entre 2016 et 2017 dans le BTP, ce dernier reste le secteur professionnel le plus exposé aux accidents de travail, qui représentent un coût très lourd pour les entreprises. Heureusement, des outils existent pour les prévenir. Si, malgré tout, un accident survient, des dispositifs d’accompagnement sont à votre disposition.

Priorité à la formation et à la prévention

  • La formation sur les risques et les mesures de prévention mises en place est une priorité pour tous et une obligation légale pour le chef d’entreprise.
     
  • Elle est indispensable dès l’arrivée d’un nouveau salarié. Il a été montré en effet que beaucoup d’accidents surviennent lors des premiers jours d’embauche.
     
  • En anticipant, vous développez une véritable culture de prévention dans votre entreprise.
     
  • Selon une étude de l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics), les actions de sécurité mises en place (formation à la prévention des risques, meilleure organisation du chantier, investissement dans du matériel moderne) contribuent à augmenter la performance de l’entreprise.

Une obligation légale : le document unique d’évaluation des risques

Le document unique d’évaluation des risques (DUER) est la première étape dans la démarche de prévention. Il sert à :

  • identifier les dangers repérables sur un chantier ;
  • analyser les risques pour les ouvriers de ces situations identifiées comme potentiellement dangereuses ;
  • hiérarchiser les risques, repérer les personnes exposées et proposer des mesures de prévention appropriées.
DUER entreprises du BTP

Des aides pour la prévention

Des outils pratiques d’analyse et d’évaluation des risques sont mis à la disposition des entreprises par l’OPPBTP et par l’assurance maladie. Des aides financières sont également versées par la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (CARSAT) et/ou par l’assurance maladie-risques professionnels afin de :

  • mener des actions de prévention sur les risques tels que les manutentions, la circulation et l’utilisation des engins sur les chantiers et les routes, l’ensevelissement etc.
  • investir dans des équipements adaptés pour améliorer la sécurité et l’hygiène sur les chantiers ; dans des innovations technologiques (robots de démolition télécommandée, drones…).

Retrouvez des informations additionnelles et des conseils sur le site de l’OPPBTP.

En cas d’accident

Même avec des actions de prévention, le risque 0 n’existe pas. Si un accident survient, vous pouvez vous tourner vers différents interlocuteurs :

  • l’assureur auprès de qui vous avez souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle ;
  • l’assurance maladie à qui vous versez une cotisation obligatoire et qui sert à indemniser les victimes d’accident du travail.

Vous êtes cependant soumis à plusieurs obligations :

  • donner au salarié la feuille d’accident de travail pour qu’il puisse bénéficier de la prise en charge des soins liés à son accident de travail sans avoir à avancer les frais.
  • déclarer l’accident dans les 48h : par lettre recommandée avec accusé de réception à l’assurance maladie ou en ligne sur net-entreprises.fr (rubrique : « Déclarations en ligne »).
  • remplir une attestation de salaire en cas d’arrêt de travail et l’envoyer à l’assurance maladie.

Informations et conseils sur le site de l’assurance maladie pour les entreprises.
 

Nos solutions

Partager

Informations non-contractuelles données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Generali ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.