La vente de médicaments sur Internet légale en France

 
28/01/2013
La vente de médicaments sur Internet légale en France

Une ordonnance et un décret (publié au Journal Officiel le 1er janvier 2013) ouvrent la possibilité aux officines de pharmacie françaises de vendre directement leurs médicaments sur la toile, sous conditions...

Jusqu'à présent, les consommateurs ne pouvaient acheter légalement de médicaments par Internet sur des sites français. C'était possible sur des sites étrangers, mais sans garantie de qualité ni de sécurité : selon l'OMS, plus de 50 % des médicaments achetés sur des sites en ligne qui dissimulent leur véritable adresse sont des contrefaçons.

Des ventes limitées aux médicaments en "accès libre"

Depuis le 2 janvier 2013, la vente de médicaments en ligne est devenue légale en France, mais limitée aux médicaments en libre accès, c'est-à-dire non prescrits par ordonnance, non remboursés par la Sécurité sociale et présentés en accès direct au public dans les pharmacies.

Cela concerne quelque 350 spécialités répondant aux maux quotidiens (fièvre, maux de tête…) sur de courtes durées, ainsi que de médicaments de phytothérapie et homéopathie.

La vente en ligne ne pourra s'opérér qu'à partir du site Internet d'une pharmacie ayant pignon sur rue : l'activité n'est "autorisée que pour les pharmaciens ayant obtenu une licence pour créer une officine de pharmacie physique", et le pharmacien  sera responsable en cas de problème.

Enfin, les sites Internet devront au préalable recevoir l'aval de l'autorité régionale de santé dont ils dépendent, et se déclarer à l'ordre des pharmaciens, qui publiera la liste des sites légalement autorisés.

La vente de médicaments représente un important marché : selon un sondage réalisé en septembre 2012 par Ipsos, 3% seulement des Français ont déjà passé commande sur internet, mais près de 17% se déclarent prêts à acheter des médicaments en ligne. Un système qui ne peut toutefois se substituer à l'avis qualifié d'un professionnel de la santé...

Les informations contenues dans cet article sont purement indicatives et ne revêtent aucun caractère contractuel. Elles ne prétendent pas à l'exhaustivité, ne constituent pas un conseil à l’Internaute et ne sauraient engager la responsabilité de l’Assureur.